Non classé

Sofonisba Anguissola (1532-1625)

Sofonisba Anguissola (1532-1625) est eune artiste italyinne.

Espécialisaée dauns les portraits, ol a taé l’eune des prémyires fèmes à gaungni eune véritablle arcounaissaunche artistique. O feut peinteuse officielle à la couor d’Espangne.

La teile « la partie d’échecs » (1555) arprésente les treis sœurs à Sofonisba, jouaunt és échecs souos les uurs d’eune servaunte.

La partie se dérouole ente Lucia, qui va gaungni, et Minerva qui lève sa bras rapport à sa défaite. La petiote, Europa, attabllaée, riochine à vei chenna. Eune servaunte d’âge, reluuque la partie, ente déeus ouvrages. Derryire, no peut vei eun paisage typique de l’Arnaissaunce, veilaé de blleu.

Les sœurs Anguissola ount-z-eu la caunche d’archévaer eune éducatioun humaniste de prémyire. Les échecs taient veus coume eune josterie putôt pou les houmes, d’aveu des finesses que ne pouvaient entenre les fèmes. Rapport és esprits qui se défroument à l’Arnaissaunce, les sœurs Anguissola ount peu avei eune éducatioun pus libe.

La partie d’échecs arprésentaée par Sofonisba est d’âote part eune référence à la retrache d’eune émauncipatioun féminène. Les rennes de l’échiquyi sount eune allégorie des déeus véritablles rennes que sount ses déeus sœurs, jouaunt és échecs ente fèmes, scène paé mais biâocoup arprésentaée à ch’tte époctaé, souos les uurs de la servaunte intéressie.

The_Chess_Game_-_Sofonisba_Anguissola

Sofonisba Anguissola (1532-1625) est une artiste italienne.

Spécialisée dans les portraits, elle a été l’une des premières femmes à acquérir une véritable reconnaissance artistique. Elle fut peintre officielle à la cour d’Espagne.

Le tableau « la partie d’échecs » (1555) représente les trois sœurs de Sofonisba, jouant aux échecs sous les yeux d’une servante.

La partie se déroule entre Lucia, qui est en train de gagner, et Minerva qui lève le bras en réaction à sa défaite. La petite Europa, assise à la table, porte un sourire amusé sur la scène. Une servante, âgée, jette un rapide coup d’œil à la partie, entre deux tâches domestiques. Derrière, on peut voir un paysage typique de la Renaissance, nimbé de bleu.

Les sœurs Anguissola ont eu la chance de recevoir une éducation humaniste complète. Le jeu d’échecs était réputé comme étant un jeu plutôt masculin, dont les raffinements échappaient aux femmes. Grâce à l’esprit d’ouverture de la Renaissance, les sœurs Anguissola ont pu accéder à une éducation plus libre.

La partie d’échecs représentée par Sofonisba fait d’ailleurs allusion à la recherche d’une émancipation féminine. Les reines de l’échiquier sont une allégorie des deux véritables reines que sont ses deux sœurs, jouant aux échecs entre femmes, scène rarement représentée à l’époque, sous le regard intéressé de la servante.

_____________________________

Sources :

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/sofonisba-anguissola-la-partie-d-175637

https://it.wikipedia.org/wiki/Partita_a_scacchi_(Sofonisba_Anguissola)

expressions

Les noms bizarres de quelques communes normandes

La Normaundie frémille de noums de comeunes rêvablles, drôlus, ou byin même reide effouquaunts.

La Normaundie est eune terre traunquile et affabe. Y a doun byin des petites villes yoù qu’no peut s’arposaer ou même dormin, coume és Puus (en fraunçais, les Pieux, « les lyits), dauns la Maunche. Dauns le même département, la comeune des Chambres (« les Caumbres »), sera héreuse de vous archévaer, touot coume l’Hôtellerie  dauns le Pais d’Âoge. Dauns treis départements (14, 27, 61), des comeunes qui ount le jati noum de « Canapville » vous laissent le leisi de vous achânaer sus leus canapaés.

La Normaundie, ch’est itou des animâos byin amitieus. Et y a de touot : la Baleine (50), Agneaux (« Angniâos ») (50), Ver-sur-Mer (« Achaée-sus-Mé ») (14), Mouettes (« Mâoves ») (27), la Mouche (« la Môque ») (50)… Y a itou de biâos noums coumposaés coume l’incriyablle Saint-Julien-le-Faucon (« Sant-Julyin-l’étercelet ») (14) et le drôlu la Chapelle-Hareng (« la Capelle-Héraung ») (27). Eune mentioun particulyire pouor Villechien (« Villequyin ») dauns la Maunche, petit villache pllen de gouaille yoù que vivent les Toutouvillais (les « Quyinovillais »)…

La Normaundie a itou eune goule breuneuse et baille quiques petits fréchouns. Ampraès eune « Vacherie » (« Vaquerie », eune mâovaisetaé), vos quemencheraez eun loung viage oû Désert (14), mesaés, petête byin que vos vous diraez « Hébécrevon » (« eh byin, décapelouns ») (50) et vos apprécheraez de l’esposaunt Cercueil (« cerqueu ») dauns l’Orne. Mais, héreusement, dauns chu même département, vos ne seraez paé byin louen du tilloun Bizou (« boujou »), qui vous baillera du revi.

Alors vos pouorraez passaer eun petit Réveillon (Tchu de l’Aun) (61) d’aveu l’incriyablle Roche-qui-boit (« Roque-qui-Beit ») (50) !

A byintôt ! 🙂

poussin les Pieux lit normandie

La Normandie fourmille de noms de communes amusants, étonnants, voire parfois très effrayants.

La Normandie est une région calme et accueillante. Il y a par conséquent beaucoup de petites villes où on peut se reposer ou même dormir, comme aux Pieux, dans la Manche. Dans le même département, la commune des Chambres sera heureuse de vous accueillir tout comme l’Hôtellerie dans le Pays d’Auge. Dans trois départements (14, 27, 61), des communes au joli nom de « Canapville » vous laissent le loisir de vous échouer sur leurs canapés.

La Normandie, c’est aussi une faune sympathique. Et il y en a pour tous les goûts : la Baleine (50), Agneaux (50), Ver-sur-Mer (14), Mouettes (27), la Mouche (50)… Il y a aussi de jolis noms composés avec l’épique Saint-Julien-le-Faucon (14) et l’étonnant la Chapelle-Hareng (27). Une mention spéciale à Villechien dans la Manche, petit village plein d’humour où vivent les Toutouvillais (véridique…).

La Normandie a aussi un côté sombre et offre quelques petits frissons. Après une Vacherie (27), vous entamerez votre traversée le Désert (14), à bout de force, vous vous direz peut-être « Hébécrevon » (50) et vous approcherez dangereusement du Cercueil dans l’Orne. Mais heureusement, dans ce même département, vous ne serez pas très loin de l’adorable Bizou, qui vous redonnera des forces.

Alors, vous pourrez passer un petit Réveillon (61) avec l’incroyable Roche-qui-Boit (50) !

A bientôt 😊

_____________

Source :

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/la-roquette-le-cercueil-canapville-zoom-sur-les-communes-les-plus-insolites-de-normandie–MK14878466és

 

Peinture

L’artiste-peintre Clotilde Vautier (article trilingue gallo/normand/français)

Aujourd’hui, nous avons la joie de vous proposer pour la première fois un de nos articles en gallo, langue d’oïl de Bretagne. La très dynamique équipe de l’Académie du Gallo nous a fait le plaisir de proposer leur collaboration pour vous permettre de lire l’histoire de Clotilde Vautier, artiste de Bretagne née en Normandie, dans les langues de ces deux régions.

Avant tout une association informelle de passionnés, l’Académie du Gallo (AdG), a été lancée en septembre 2016 dans une optique de sauvegarde urgente de la langue gallo, avec grammaire, dictionnaires et méthode d’auto-formation. Compte tenu de la diaspora bretonne, le site a immédiatement été bilingue français/anglais. L’AdG évolue continuellement mais toujours dans le strict respect de sa philosophie : gratuité et ouverture sur le monde et toutes ses langues (surtout minorisées !), notamment via des traductions de textes originaux aussi bien que classiques.

Vous pouvez trouver leurs précieuses ressources ici : http://www.academie-du-gallo.bzh/ADG/site-fr/adg-accueil.html

Bonne lecture !

_______________________________________________________

Gallo :

Coltide Vaotier ét ûne peinturesse qi denaqhit a Cherbourg en Normandiy en 1939.

Den sez 20 ans, al ét q’ol s’aleute a Renne pour étudier a l’Ecole dez Biao z-Arts, eyou q’ol va se terouer od le siun qi sera son mari, le peinturouz espagnol Antonio Otero.

A haper dur sus la bezeigne, un bon loz li vient vitement. Al met sez tailes en montr den qheuqes galeriys a Renne e a Pariz.

Den son ouvraije, nen treue hardiment de natures fllejeys, de payzaijes, de poltraets, maez ét den l’art du fumellin en piao q’ol ét remerqey. Den lez fames, al ét dez permieres a étr d’aviz sus lez corps ez aotr fames, ça q’a ouvert la breche ez siuns sus lez arts pour se porter pour lez fames den lez aneys 70.

Sez tailes fighurent la fumelletae od hardi de force. Den sez peintures, dez reuzeys s’areuzent ben reuzeys den  tous lez enterjiets de la peinture, qi dounent a vair, den la roley dez corps, hardi de doujier, de force e d’apaez.

En 68, ete-lad q’ara zeù devocion de cercher a regarder la fumelletae sus un nouviao tourn, defuntera a caoze de sa fumelletae a yelle. Coltide Vaotier mourt après déforjae en qhute, den sez 28 ans, aloure qe dez nouviaos temps s’amenent qi balheront ez fames le dreit de s’amarrer od lour corp a yeùz.

tricoteuse endormie

Clotilde Vautier, Tricoteuse endormie, 1967, huile sur toile, 73 x 92 cm, © Les amis du peintre Clotilde Vautier

Normand :

Clotilde Vautier est eune artiste naée en 1939 à Tchidbouorg en Normaundie.

A ses 20 auns, o s’apiège à Rennes et ol étudie à l’Ecole des Biâos-Arts, yoù qu’o rencontre le syin qui devyinra sen mari, le peintureus espanol Antonio Otero.

O travaille sauns décessi et obtyint eune renoumaée à-coup. Ol espose ses teiles dauns pusurs galeries rennaises et parisyinnes.

Sen ouvrage se coumpose de natures mortes, de paisages, de portraits, mais ch’est avaunt touot dauns l’art du nun féminin qu’o s’élustre. Ol est l’eune des premyires artistes à esprimaer eun pouen de veue féminin sus le corps d’âotes fèmes, ouvraunt la veie és artistes féministes des annaées 1970.

Ses teiles arprésentent l’intimitaé féminène d’aveu biâocoup d’intensitaé. Des teurses quoeurues s’arouolent dauns touot l’espace de la peinture, baillaunt à vei, dauns ches corps accotinaés, biâocoup de sensibilitaé, de forche et de rapaisement.

En 1968, la syinne qui éra-z-eu à quoeu d’esplloraer d’aveu eun argard neu la féminitaé, mourra rapport à sa propre féminitaé. Clotilde Vautier définit rapport és sites d’eun avouortement cllaundestin, à l’âge de 28 auns, oû déju d’eune ère nouvèle, qui baillera és fèmes le dreit de disposaer de leus propre corps.

Femme à sa toilette

Clotilde Vautier, Femme à sa toilette III, 1968, © Les amis du peintre Clotilde Vautier

Clotilde Vautier est une artiste née en 1939 à Cherbourg, en Normandie.

A l’âge de 20 ans, elle s’établit à Rennes et étudie à l’Ecole des Beaux-Arts, où elle rencontre son futur mari, le peintre espagnol Antonio Otero.

Elle travaille beaucoup et obtient rapidement une reconnaissance. Elle expose ses toiles dans plusieurs galeries rennaises et parisiennes.

Son œuvre se compose de natures mortes, paysages, portraits, mais c’est surtout dans l’art du nu féminin qu’elle s’illustre. Elle est l’une des premières artistes à exprimer un point de vue féminin sur le corps d’autres femmes, ouvrant la voie aux artistes féministes des années 1970.

Ses toiles mettent en scène l’intimité féminine avec beaucoup d’intensité. Des courbes puissantes se déploient dans tout l’espace de la peinture, donnant à voir, dans ces corps enroulés, beaucoup de sensibilité, de force et de quiétude.

En 1968, celle qui aura eu à cœur d’explorer avec un regard neuf la féminité, succombera à cause de sa propre féminité. Clotilde Vautier meurt des suites d’un avortement clandestin, à l’âge de 28 ans, à l’aube d’une nouvelle ère qui donnera aux femmes le droit de disposer de leur propre corps.

______________________________________________________

Sources : https://awarewomenartists.com/artiste/clotilde-vautier/

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/clotilde-vautier-artiste-femme-1454175.html

https://clotildevautier.fr/

 

Faune et flore

Les souffleurs, dauphins des côtes normandes

Ch’est eun anima qui fait rêvaer et qu’no veirait putôt nagi oû louen, souos le solé des mers câodes. Pouortaunt, les soufflleus peuvent yête guettis sus les côtes de la mé de la Maunche, yoù qu’no peut les vei de la baie de Seine à la baie de Sant-Brieuc. Ch’est des fllos de graunds dâophins (tursiops truncatus), eune lague de dâophin reide couneue rapport oû renoumaé Fllipper.

No dit chu dâophin aimablle. I fâot dire qu’i semblle tréjous souorire rapport és pllis de sen rostre. No li baille byin des noums qui sount viaés à chu rostre à la forme drôlue : sen noum scientifique le dit « truncatus » « trounchi », il est noumaé « bottlenose » (« nache en boutèle ») en aungllais ou enco « dâophin à grosse nache » en fraunçais. Quiquefeis, il est itou noumaé « soufflleu » en fraunçais et en normaund, rapport oû brit produit pa l’espulsioun de l’air par sen évent.

En 2018, no coumptait pusurs chentannes de soufflleus sus les côtes du Cotentin. No peut les vei padaunt eun touo en mé, mais itou dé depis la côte, sus les hâoteus. En espéraunt que par caunche, vos pouviaez en guetti quiques euns…

grand dauphin souffleur flipper bottlenose

C’est un animal qui fait rêver et que l’on imagine plutôt nageant au large, sous le soleil des mers chaudes. Pourtant, les dauphins peuvent s’observer sur les côtes de la mer de la Manche, où l’on peut en croiser de la Baie de Seine à la Baie de Saint Brieuc. Il s’agit de colonies de grands dauphins (tursiops truncatus), une espèce de dauphin très connue grâce au célèbre Flipper.

Ce dauphin a la réputation d’être sympathique. Il faut dire qu’il semble toujours sourire à cause des plis particuliers de son rostre. Il porte de nombreux noms qui font référence à ce rostre à la forme amusante : son nom scientifique le qualifie de « truncatus », « tronqué », il est appelé « bottlenose » (« nez en bouteille ») en anglais ou encore « dauphin à gros nez » en français. Il est également parfois appelé « souffleur » en français et en normand, à cause du bruit provoqué par l’expulsion de l’air par son évent.

En 2018, on comptait plusieurs centaines de grands dauphins sur les côtes du Cotentin. On peut les voir lors d’une sortie en mer, mais aussi depuis la côte, sur des points en hauteur. En espérant que vous ayez la chance d’en observer quelques-uns…

________________________________

https://actu.fr/normandie/barfleur_50030/video-grands-dauphins-sont-chez-eux-large-cotentin_27111204.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_dauphin

Sculpture

Les ronds-points

Quaund j’étiouns quenales, mes frères, ma soeu Trottebé et mei, je faisiouns passaer le temps en veiture en baillaunt des notes és rounds-pouens. J’évaluiouns la biâotaé et l’originalitaé de touos les rounds-pouens qui se trouaient sus noute quemin et touos nous avis taient merquis dauns eun canepin. Je rêviouns qu’eun jou, touos ches arlevés nous amènent à l’éditioun d’eun guide des rounds-pouens de Fraunce. Chu livre aumbitieus devait accoundire ses  luuseus et luuseuses devers les rounds-pouens de remerque du pais, les syins qui éraient-z-eu la note enviablle de 4 éteiles.

Mais malhéreusement, j’avouns, coume biâocoup, renounchi à nous rêves d’éfaunt et le guide n’a jammais veu le jou.

Chutte perte argrettablle pou la littérateure de noute pais a taé countebalaunchie y a guère par eune vidéo de Patrick Baud, bénoumaé Axolot, qui a listaé des rounds-pouens rêvablles. La vidéo, éminse en live sus Twitch, propose d’artrouaer l’origène géographique de chaque round-pouen.

Et o baille eune mouorie d’informatiouns passiounauntes… Par exemplle, que les rounds-pouens sount eune inventioun fraunçaise et que les 30 000 rounds-pouens fraunçais arprésentent la mitaun de touos les rounds-pouens du mounde ! Eune video à agardaer, sustouot que le prémyi round-pouen présentaé est normaund 😊

Quand nous étions enfants, mes frères, ma sœur Trottebec et moi, nous faisions passer le temps en voiture en attribuant des notes aux ronds-points. Nous évaluions la beauté et l’originalité de tous les ronds-points qui se trouvaient sur notre route et toutes nos appréciations étaient consignées dans un carnet. Nous rêvions qu’un jour tous ces relevés nous permettent d’éditer un guide des ronds-points de France. Ce livre ambitieux devait conduire ses lecteurs et lectrices vers les ronds-points les plus remarquables du pays, ceux qui auraient eu la note enviable de 4 étoiles.

Mais nous avons malheureusement, comme beaucoup, abandonné nos rêves d’enfant et le guide n’a jamais vu le jour.

Cette perte regrettable pour la littérature de notre pays a été compensée depuis peu par une vidéo de Patrick Baud, alias Axolot, qui a répertorié des ronds-points étonnants. La vidéo, diffusée en live sur Twitch, propose de retrouver l’origine géographique de chaque rond-point.

Et elle donne une foule d’informations fascinantes… Par exemple que les ronds-points sont une invention française et que les 30 000 ronds-points français représentent la moitié des ronds-points du monde ! Une vidéo à regarder, surtout que le premier rond-point présenté est normand 😊.

Non classé

Le petit wallaby perdu

Le lundi de Pâques drényi, d’aras Luneray en Seine-Marityime, eun âotomobiliste crouèse eun anima drôlet sus sen quemin. Ch’est eun petit wallaby qui raundouille sus la rouote.

Les kaungouorouos de Pâques sount eune raitaé en Normaundie. Même qu’i bindent coume des lapinôsses de Pâques, la différenche sâote és uurs. Alors, no soune l’alarme. Et i se troue que le marsupia vyint d’eun chirque stationnaé à Luneray.

En fait, le kaungouorouo mougeait de l’herbe, pêli-pêlaunt, dauns eun cllos d’aveu sen maîte, quaund touot à tra, eun quyin s’est appréchi. Le maîte s’est alouogni eun miot du wallaby pouor cachi le quyin. Et le petit wallaby s’est démentaé d’allaer brôtaer byin pus louen et s’est évannin.

Mais touot s’est byin finin, le marsupia, bastaunt et chenu, a peu artrouaer sen chirque.

wallabi

Le lundi de Pâques dernier, tout près de Luneray en Seine-Maritime, un automobiliste croise un drôle d’animal sur son chemin. C’est un petit wallaby qui se promène sur le bord de la route.

Les kangourous de Pâques ne sont pas courants en Normandie. Même s’ils bondissent comme les lapins de Pâques, la différence saute aux yeux. L’alerte est donc donnée. Il s’avère que le marsupial vient d’un cirque stationné à Luneray.

En fait, le kangourou mangeait de l’herbe tranquillement dans un champ avec son propriétaire, quand soudain, un chien s’est approché. Le propriétaire s’est éloigné un peu du wallaby pour faire fuir le chien. Et le petit wallaby a décidé d’aller brouter beaucoup plus loin et a disparu.

Mais tout s’est bien terminé, le marsupial a pu retrouver son cirque sain et sauf.

_______________________________________________________________

https://actu.fr/normandie/luneray_76400/insolite-kangourou-liberte-pleine-campagne-seine-maritime_33001026.html

Non classé

Danse confinée

Y a quiques jouors, (no s’en remet ?), j’étiouns enco touotes et touos counfinaé.es oû found de nous houolettes.

Pou les sportifs, les artistes, il a falleu arféchounaer sa pratique de touos les jouors dauns sen tcheus sei, eune situatioun counsoumaée drôlue.

Dé depis leus maisoun, les dauncheus et dauncheuses de l’Opéra de Paris ount v’lu armerciaer touos les gens en litte counte la pandémie dauns eune video féchounaée par Cédric Klapisch.

Sus la musique rémouvaunte de la daunche des quevalyis de Prokoviev, l’espéraunce, la poue, touotes les émotiouns que je pouvouns avei, sount quériaées pa la doucheus de la daunche, dauns l’intimitaé des fouéyi és artistes.

Eune video à vei et à arvei, ichin :

Il y a quelques jours, (faut-il le rappeler ?) nous étions encore toutes et tous confiné.es au fond de nos terriers.

Pour les sportifs, les artistes, il a fallu réinventer sa pratique quotidienne dans son chez-soi, une situation complètement incongrue.

Tout en restant à la maison, les danseurs et danseuses de l’opéra de Paris ont voulu remercier l’ensemble des personnes en lutte contre la pandémie dans une vidéo réalisée par Cédric Klapisch.

Sur la musique très évocatrice de la danse des chevaliers de Prokoviev, l’espérance, la peur, toutes les émotions que nous pouvons ressentir, sont retranscrites avec délicatesse par la danse, dans l’intimité des foyers des artistes.

Une vidéo à voir et à revoir, juste ci-dessus 🙂

Cuisine

Le bon lait de mai

En Normaundie, no pensait que la rousaée qui arcouvrait les cllos le 1yi de mai oû matin avait des propriétaés particulyires. O bllaunchissait le linge mucri et, si ol était engoulaée pa les vaques qui brôtaient oû matin, ol abiénait la qualitaé de leus lait.

Le « lait de mai » tait eun lait pus goûtu et pus recorsaunt. Sa productioun tait l’occasioun à des fêtaées yoù que no le dédjustait, en allaunt de positioun en positioun. Le « buure de mai », fait d’aveu chu lait, tait gardaé touote l’annaée et servait de de bâome pouor aindyi à la cicatrisatioun des bêtes.

La traditioun des fêteries pou le « lait de mai » s’est évanin oû début du XXyime syiclle. Quiques associatiouns trachent à lyi bailli du revi. Cha serait byin malhéreus de perde eune occasioun de beire du bouon lait d’aveu eune belle buuraée touote doraée !

vache 3png

En Normandie, on pensait que la rosée qui recouvrait le sol le matin du 1er mai avait des pouvoirs particuliers. Elle blanchissait le linge taché par l’humidité et, si elle était absorbée par les vaches qui broutaient au matin, elle améliorait la qualité de leur lait.

Le « lait de mai » était un lait plus savoureux  et plus riche. Sa production donnait lieu à des fêtes où on le dégustait, en allant de ferme en ferme. Le « beurre de mai », produit avec ce lait, était conservé toute l’année et servait comme pommade pour aider à la cicatrisation des animaux.

La tradition des festivités autour du « lait de mai » a disparu au début du XXème siècle. Quelques associations tentent de la relancer. Il serait dommage de perdre une occasion de boire du bon lait avec une belle tartine de pain dorée !

____________________________

Source :

https://magene.pagesperso-orange.fr/laitdemai.html

illustration

Bestiaire médiéval

Dauns l’art du Mouoyen-Âge, no troue eune castillie d’animâos. I sount dauns les manuscrits yoù qu’il atornent byins des mannyires de livres : Biblles, encycllopédies ou livres de fablles.

Les animâos s’artrouent accatounaés dauns les lettrines enluminaées, oû mitaun de pllauntes dounauntes ou no peut les vei itou grapounaer dauns les marges des pages des manuscrits.

Quiquefeis, il ount eune relatioun d’aveu le texte, et quiquefeis i sount ilo seument pouor que le lecteus peuve se gâoder. Les marges sount des endreits yoù que cha marganne, d’aveu des singes-évêques ou des lapins-quevalyis.

Oû Mouoyen-Âge, no faisait paé de différenche ente les animâos réels et les syins qui sount inventaés. Les enlumineus n’avaient jammais veu ni éléphaunts, ni licônes, alors pourqui qu’existeraient les euns et paé les âotes ? Ainchin, dragouns, hydres et phénix sount à leus pllèche dauns les manuscrits.

Ch’est byin triste d’avei perdu touote chutte belle traditioun décorative. Héreusement, le dessinateus de BD Boulet a-z-eu l’idaée d’en usaer pouor féchounaer eune attestatioun de dépllachement absolutement épique.

Vos pouvaez la trouaer ichin (post du 23 d’avri), mais séyaez seus de la présentaer seument à des agents de police sensibilisaés à l’art médiéval :

https://www.facebook.com/pg/bouletcorp/posts/?ref=page_internal

8Xmhc8SeDans l’art du Moyen-Âge, les animaux sont très présents. On les trouve dans les manuscrits où ils décorent différents types d’ouvrages, Bibles, encyclopédies ou recueils de fables.

Les animaux se retrouvent lovés dans les lettrines enluminées, dans des décors végétaux foisonnants ou à ramper dans les marges des pages des manuscrits.

Ils ont parfois un lien avec le texte et parfois non, ils sont juste là pour distraire le lecteur. Les marges sont des lieux propres à la satire et se retrouvent peuplés de singes-évêques ou de lapins-chevaliers.

Autre point intéressant, il n’était pas fait de différence au Moyen-Âge entre les animaux réels et ceux issus de l’imaginaire. Les enlumineurs n’avaient jamais vu ni éléphants, ni licornes, alors pourquoi l’un existerait et pas l’autre ? Ainsi, dragons, hydres et phénix ont tout à fait leur place dans les manuscrits.

Il est vraiment dommage d’avoir perdu toute cette riche tradition décorative. Heureusement, le dessinateur de BD Boulet a eu l’idée de l’utiliser pour créer une attestation de déplacement absolument épique.

Vous pouvez la trouver ici (post du 23 avril), mais soyez sûrs de tomber sur des agents de police sensibles à l’art médiéval :

https://www.facebook.com/pg/bouletcorp/posts/?ref=page_internal

_________________________________________________

Source : http://expositions.bnf.fr/bestiaire/arret/1/index.htm

https://www.facebook.com/pg/bouletcorp/posts/?ref=page_internal

https://www.facebook.com/pg/bouletcorp/posts/?ref=page_internal

https://www.facebook.com/pg/bouletcorp/posts/?ref=page_internal

Faune et flore

Le savon de mer

Début Mâr, les pllages normaundes ount taé arcouvries d’épounges eun miot drôlues. Ch’était en fait des oeus de bulots, ches calimachouns de mé qu’no peut mouogi. I pounent oû meis de févryi et y a eune vllopaée d’oeus qui fount coume des grappes qu’no-z-artroue par ampraès sus les côtes. Des chentannes de magues bulots écllosent. Quiques feis, ches oeus sount noumaés « savoun de mé » et taient usaés pa les matelots pouor se lavaer les mans.

Quaund il est graund, chu calimachoun a byin des noums en normaunds, d’âoqueuns sount rêvablles : « raun », « bavous », « raun à capé », « coquecigrue », « calicoco », « goguelu »…

phque

Début mars, les plages normandes se sont couvertes d’étranges « éponges ». C’était en réalité des œufs de buccins, ces escargots de mer que l’on peut manger. La ponte a lieu au mois de février, les œufs sont très nombreux et forment des grappes que l’on retrouve ensuite sur les côtes. Des centaines de bébés buccins en sortent. Ces œufs sont parfois appelés « savon de mer » et étaient utilisés par les marins pour se laver les mains.

Sous sa forme adulte, cet escargot de mer porte de nombreux noms en normand, souvent amusants : « raun » (bêlier), « bavous » (baveux), « raun à capé » (bêlier à chapeau), « coquecigrue », « calicoco », « bulot », « goguelu » (fier)…

______________________________________________________________________

https://actu.fr/normandie/langrune-sur-mer_14354/insolite-pourquoi-droles-deponges-sechouent-masse-sur-plages-calvados-pres-caen_31845890.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Buccinum_undatum#cite_note-2