histoires vraies

Le Rozel : des pas et des papattes préhistoriques

Le Rozel est eun petit hammé praès de Tchidbouorg dauns la Maunche. Il est arnoumaé pouor abriaer eun site archéologique de l’époctaé Néaundertale.

Des gens restaient sus chu site il y a 80 000 ans. Il a taé démuchi  byin des ossâles qui moutrent qu’ilo no décopait et no tchuusait la chai : no peut vei qu’i mouogeaient des cerfs, des âorochs et des quevâos.

Mais le Rozel est eun site eunique pouor ses  étras de pas. En juin drényi, 200 étras ount taé démuchis, dâoqueuns de quenâles de 6 à 7 auns.

Ches éfaunts ount raundouilli touot praès d’ouésiâos byin différents. Sus le site, ount taé artrouaés des plleumes ou des étras de buses, de mâoves, ou de pygargues.

Le Rozel est un petit village près de Cherbourg dans la Manche. Il est célèbre pour abriter un site archéologique de l’époque du Néandertal.

Le site a été occupé il y a 80 000 ans. On y a découvert de nombreux ossements qui témoignent d’une activité de découpe et de fumage de la viande : cerfs, aurochs et chevaux ont notamment été consommés.

Mais le site du Rozel est surtout exceptionnel pour ses traces de pas. En juin dernier, 200 empreintes de pas, dont celles d’enfants de 6 à 7 ans, ont été découvertes.

Ces enfants se sont promenés à proximité d’oiseaux divers et variés. On a retrouvé sur le site des plumes ou des traces de buses, de goélands argentés ou de pygargues.

________________________

Sources :

https://actu.fr/normandie/le-rozel_50442/le-rozel-de-nouvelles-decouvertes-sur-le-site-archeologique-dont-des-traces-d-enfants_35467963.html

architecture

Anonymouse, quand les souris ont pignon sur rue

Anonymouse est eun grouope d’artistes anounymes suédouais. Leus noum est eune josterie d’aveu les mots aungllais « anonymous » (« anonyme ») et « mouse » (souoris).

Coume de fait, les Anonymouses ount eun vrai amoué pouor ches grugeus et leus mounde touot riqueus. I fount sustouot des installatiouns petiotinettes dauns la reue qui arprésentent les bouotiques d’eune ville de souoris. Leus prémyires installatiouns taient eun restâoraunt italyin « il Topolino » (ch’est le noum italyin à Mickey) et eune bouotique de noués le « Noix de Vie » à Malmö.

Portaés pa leus réussite, les Anonymouses ount peu ouvri des commerches dauns d’âotes payis, coume la Fraunce. Ainchin, Bayonne a veu l’arrivaée sus eun de ses pavaés de l’agence de viages « Anatole » et de la bouète de jazz « Sacreblues ».

Les Anonymouses vouoraient féchounaer eun petit eunivers yoù que les souoris éraient eune vie ségrète parallèle és syines des humains. Eun reide biâo porjet à vei sus leus Instagram : https://www.instagram.com/anonymouse_mmx/?utm_source=ig_embed

Photo : Anonymouse, Malmö

Anonymouse est un collectif d’artistes anonymes suédois. Leur nom est un jeu de mots basé sur l’anglais « anonymous » (« anonyme ») et « mouse » (souris).

Les Anonymouses ont en effet un amour particulier pour ces rongeurs et leur monde minuscule. Ils sont spécialisés dans de toutes petites installations de rue qui représentent les échoppes d’une ville peuplée de souris. Leurs premières installations étaient un restaurant italien « il Topolino » (nom italien de Mickey) et un magasin de noix, le « Noix de vie » à Malmö.

Forts de leur succès, les Anonymouses ont pu ouvrir des commerces à l’étranger et notamment en France. Bayonne a ainsi vu apparaître sur un de ses trottoirs l’agence de voyages « Anatole » et la boîte de jazz « Sacreblues ».

Les Anonymouses souhaitent créer un petit univers où les souris mènent secrètement une vie parallèle à celles des humains. Un très beau projet à découvrir sur leur compte Instagram : https://www.instagram.com/anonymouse_mmx/?utm_source=ig_embed

Photo : Anonymouse, Bayonne

Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Anonymouse_(collective)

Faune et flore

Les pieuvres, poulpes et autres satrouilles

En fraunçais, les mots « pieuvre » et « poulpe » (satrouole) noument le même anima marin d’aveu huit loungs bras. Le prémyi a eune histouère originale.

En 1865, Victor Hugo est en exil sus l’île aungllo-normaunde de Guernési, par ampraès sen oppositioun à Napoléon III. Il écrit ilo-lenreit sen romaun les « Travailleurs de la mé » et empllie dauns ch’t ouvrage le mot « pieuvre » qu’i tire du loceis és pêquous de l’île.

Le mot devyint reide emplliaé et ch’est ainchin que « pieuvre » s’artroue dauns le loceis fraunçais et écllipse le mot « poulpe »

D’âotes mots drôlus sount emplliaés en normaund pouor noumaer chutte belle bête :

_ « Satrouole » ou enco « satrouille » dauns la Maunche, qu’no dérive des mots latins « septem », set, et « oculus », u, d’aveu le peids du mot « trou » (houole). Les chuchots de la satrouole sount ainchin veus coume de petits uurs.

_ « havetâoque » dauns la Maunche et le Calvados. Le mot vyint du frauncique « haf », affique, rapport à ses gaumbes.

poulpe pieuvre satrouille

En français, les mots « pieuvre » et « poulpe » désignent le même animal marin aux huit longs bras. Le premier a une histoire originale.

En 1865, Victor Hugo est en exil dans l’île anglo-normande de Guernesey, suite à son opposition à Napoléon III. Il y écrit son roman les « Travailleurs de la mer » et utilise dans cet ouvrage le mot « pieuvre » qu’il emprunte au vocabulaire des pêcheurs de l’île.

Le succès est important et le mot « pieuvre » passe dans la langue française et supplante l’usage du mot « poulpe ».

D’autres mots sympathiques sont utilisés en normand pour désigner cette belle bête :

_ « satrouille » (ou satrouole) dans la Manche que l’on dérive des mots latins « septem », sept, et « oculus », oeil, avec une influence du mot « trou ». Les ventouses de la pieuvre sont ainsi considérées comme de petits yeux.

_ « havetâoque » dans la Manche et le Calvados. Le mot vient du francique « haf » crochet, en référence à ses tentacules.

_________________________________________________

Sources : Le parler de Normandie, R. Lepelley

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pieuvre

Musique, Sculpture

La joueuse de tympanon

La souneuse de tympanoun est eun âotomate féchounaé à l’esseue du XVIIIyime syiclle pa le mountri allemaund Peter Kinzing et pa l’ébéniste à la renne Marie-Touènette, David Roentgen.

L’âotomate arprésente eune fème, hâote d’eune quarauntanne de chentimètes, jostaunt du tympanoun, eun instrument à cordes, reide aimaé de la nobllèche fraunçaise à ch’t épocte. Sen usage s’a évanin à la Révolutioun.

La souneuse âotomate jostoue vraiment, en buquaunt les cordes d’aveu de petites mailloches. O peut bouogi sa tête et ses uurs, cha fait eune impressioun reide drôlue. O peut jostaer huit airs différents, mais seument eun a taé arcouneu, ch’est eun aria de Gluck.

L’âotomate a taé moutraé à Versailles en 1784. La renne se démente alors de l’acataer et le baille à l’Académie des Chienches. Il a taé ragrilli pa le graund élusiouniste Robert-Houdin oû XIXyime syiclle. Il est achteu moutraé oû musaée des Arts et Métyis de Paris.

La joueuse de tympanon est un automate créé à la fin du XVIIIème siècle par l’horloger allemand Peter Kinzing et l’ébéniste de la reine Marie-Antoinette, David Roentgen.

L’automate représente une femme, haute d’une quarantaine de centimètres, jouant du tympanon, un instrument à cordes très en vogue dans la noblesse française à cette époque. Son usage disparut à partir de la Révolution.

La joueuse automate joue réellement en tapant les cordes avec de petites mailloches. Elle peut bouger la tête et les yeux, ce qui crée un effet saisissant. Elle peut jouer huit airs différents dont un seul a été identifié, un aria de Gluck.

L’automate a été présenté à Versailles en 1784. La reine décide de l’acheter et d’en faire don à l’Académie des Sciences. Il a été restauré par le grand illusionniste Robert-Houdin au XIXème siècle. Il est actuellement exposé au musée des Arts et Métiers de Paris.

____________________________________________________

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Joueuse_de_tympanon

Note de service : le blog des Soeurs Trottebec se met en vacances et profite du biâo solé normaund jusqu’à la rentrée. On se retrouve en septembre. A byintôt !

Sculpture

Laetitia Ky

Laetitia Ky est eune artiste féministe de Côte d’Ivyire, naée en 1996.

En 2016, o quemenche à féchounaer des sculptures d’aveu ses queveurs, en les tréchaunt d’aveu du latoun ou même des chintres, pouor obtenin des figures impressiounauntes qu’o poste sus Instagram.

Ses trèches se fount ouésé sus sen bras ou petit quyin qui baille la patte. Mais o sount itou et sustouot portouses de messages counséquents : les sculptures capillaires à Laetitia Ky prêchent itou de l’émauncipatioun des fèmes, de la litte counte les inégalitaés ou de l’auntiracisme.

Ses queveurs tréchis sount eun houmage à sen héritage tchulturé african. Mais, ch’est itou pou lyi, eune mannyire de bailli pus de forche à sen message égalitariste. Les queveurs crépus, mins oû récart des canouns de biâotaé cllassique, sount eun vrai enjeu pou les afroféministes.

609px-Lightbulb-braids2

Laetitia Ky est une artiste féministe ivoirienne née en 1996.

En 2016, elle commence à réaliser des sculptures avec ses cheveux, en les tressant avec des fils de métal ou même des cintres, pour obtenir des figures spectaculaires qu’elle poste sur Instagram.

Ses tresses se font oiseau sur son bras ou petit chien tendant la patte. Mais elles sont aussi et surtout porteuses de messages forts : les sculptures capillaires de Laetitia Ky parlent aussi d’émancipation féminine, de lutte contre les inégalités ou d’antiracisme.

Ses cheveux tressés sont un hommage à son héritage culturel africain. Mais c’est aussi pour elle un moyen de renforcer son message égalitariste. Les cheveux crépus, fortement dévalorisés par les canons de beauté classique, sont un véritable enjeu pour les afroféministes.

___________________________________

Son compte instagram : https://www.instagram.com/laetitiaky/

Source : https://news.artnet.com/art-world/laetitia-ky-hair-artist-1644289

 

 

 

 

Faune et flore, Non classé

Les phoques estivaux, les reconnaître et les protéger…

La comeune de Sant-Âobin-sus-Mé, dauns le Calvados, s’a démentaé en juilet drényi de se mouvaer pou la protectioun des phoques de bord de mé.

La municipalitaé a sinaé eune counventioun d’aveu le Grouope Mammalogique Normaund. O va genci des actiouns de sensibilisatioun des gens à la protectioun des déeus lagues de phoques qu’no troue en bord de mé : le vé marin et le phoque vare.

Les viâos marins sount aisi à arcounaître à la forme de banane ou d’arc qu’il ount quaund i sount sus le sablle. Le phoque vare a li, eun musé pus loung et s’achânent sus le sablle. I sount touos déeus menachis pa la pollutioun des mers.

Cha sount les déeus seules lagues de phoques que no peut guetti dauns le norouêt de la Fraunce. No pouorra les vei petête byi ch’t étaé d’aveu pllaisi, mais no vouorait les vei byin bastaunts et traunquiles oû louen !

mer4

La commune de Saint-Aubin-sur-Mer, dans le Calvados, a décidé en juillet dernier de prendre des engagements pour la protection des phoques de plage.

La municipalité a signé une convention avec le Groupe Mammalogique Normand. Elle va mettre en place des actions de sensibilisation du public à la protection des deux phoques qui fréquentent nos côtes : le phoque veau marin et le phoque gris.

Les phoques veau marins sont reconnaissables à la forme de banane ou d’arc qu’ils adoptent quand ils sont sur le sable. Le phoque gris a lui, un museau plus allongé et s’étale sur le sable. Ils sont tous les deux menacés par la pollution des mers.

Ce sont les deux seules espèces de phoques que l’on peut observer dans le nord ouest de la France. C’est avec plaisir que l’on pourra peut-être les croiser cet été, mais on l’espère en bonne santé et tranquilles, à bonne distance !

_______________________

Sources : https://actu.fr/normandie/saint-aubin-sur-mer_14562/protection-des-phoques-saint-aubin-sur-mer-est-la-premiere-commune-de-normandie-a-s-engager_34901964.html

 

expressions

Météo normande en direct du Bayeux médiéval

Y a quiques annaées, déeus étudiaunts allemaunds ount fait eun biâo doun à la comeunâotaé Internet : le leisi de féchounaer des scènes de la teile du conquet (la tapisterie de Bayeus) d’aveu ses persounages, bêtes, âbres et bâtisses.

J’avouns illustraé des espressiouns normaundes sus la météo d’aveu chu site. Viyaez doun.

Il y a quelques années deux étudiants allemands ont fait un beau cadeau à la communauté Internet : la possibilité de créer des scènes de la tapisserie de Bayeux en réutilisant ses personnages, animaux, arbres et bâtiments.

Nous l’avons utilisé pour illustrer des expressions météorologiques normandes. Voici le résultat :

Il vaut mieux etre mordu par un chien enragé que par le soleil de février

« Il vaut mieux être mordu par un chien enragé que par le soleil de février »

Le vent de mars secoue les pommiers

« Le vent de mars secoue les pommiers »

quand les ânes braient il va pleuvoir

« Quand les ânes braient, c’est qu’il va pleuvoir »

Quand les salamandres sortent le temps est à l'orage

« Quand les salamandres sortent, le temps vire à l’orage »

______________________________________

Pour jouer vous aussi : http://htck.github.io/bayeux/#!/#!%2F

 

histoires vraies

Quand les patates prennent leurs aises

Rapport oû counfinement, eune internâote normaunde, Donna (@donna9p), a quittaé eune pouque de pounéterres padaunt 3 meis dauns sen appartement de l’Aiglle dauns l’Orne.

A retou, ol a la seurprinse d’avisaer des gernes géaunts maousses qui ount même perchi le colletage de ses meublles. Ol est alors prinse de riries et se démente à postaer chutte veue d’affreusetaé végétale sus les rêts sociâos.

D’âotes internâotes lyi ount alors enviaé leus photos de pounéterres gernaées padaunt le counfinement. Ch’tte histouère démoutre touote la laise de l’ouvrage que je devouns faire pouor documentaer de dreit et de raisoun les sites navrauntes de chu counfinement.

patates2

A cause du confinement, une internaute normande, Donna (@donna9p), a laissé un sac de pommes de terre pendant 3 mois dans son appartement de l’Aigle dans l’Orne.

A son retour, elle a la surprise de découvrir des germes géants monstrueux qui ont même percé les joints de ses meubles. Elle est alors prise d’un fou rire et décide de poster cette vision d’horreur végétale sur les réseaux sociaux.

D’autres internautes lui ont alors envoyé leurs photos de patates germées pendant le confinement. Cette histoire pointe l’étendue du travail qu’il nous reste à faire pour documenter correctement les conséquences fâcheuses de ce confinement.

____________________________

Pour voir la terrible patate :

https://actu.fr/normandie/caen_14118/insolite-a-caen-des-germes-de-pommes-de-terre-geants-font-le-buzz-sur-les-reseaux-sociaux_34276850.html

illustration, légendes

Amabié

Dé depis le meis de mâr drényi, oû Japoun, i se vent touot pllen de petites gâches en forme d’ouésiâos à la belle creigne.

Ch’est byin rêvablle touot chenna, pouorqui voulei mouogi des petits ouésiâos byin affulaés ? Eh byin pouor alouogni la poue du coronavirus !

Touot quemenche par eun tweet de la biblliothèque de Kyoto qui publlie eune illustratioun de 1846 arprésentaunt eun yokai marin noumaé Amabié. Eun yokai, ch’est eun esprit du folkllore japonais, coupassous de forme animale, qui peut yête malfaisaunt ou seument eun miot jostous.

L’amabié du manuscrit s’avait dessaqui devaunt eun respounsablle du su du Japon pou l’averti de l’arrivaée d’eun déhait counséquent dauns le pais. Chutte petite criateure à treis pattes li demaundit de la dessinaer et de moutraer sen portrait és gens pou les gardaer de l’épidémie.

Ampraès chu tweet, les Japonais.es se démentitent de dessinaer des amabiés sus les rêts sociâos. Eune mouorie de petits yêtes drôlus et antiseptiques sount ainchin à admiraer sus le #amabiechallenge (https://twitter.com/search?q=amabiechallenge&src=typed_query)

Higo Amabie yokai coronavirus japon

Depuis mars dernier, au Japon, il se vend énormément de petits gâteaux en forme d’oiseaux à la longue chevelure.

Voilà qui est bien étrange, pourquoi vouloir manger de petits oiseaux bien coiffés ? Eh bien, pour conjurer la peur du coronavirus !

Tout commence par un tweet de la bibliothèque de Kyoto qui publie une illustration de 1846 représentant un yokai marin nommé Amabié. Un yokai est un esprit du folklore japonais, souvent de forme animale, qui peut être malfaisant ou juste un peu malicieux.

L’amabié du manuscrit était apparu à un responsable du sud du Japon pour le prévenir de l’arrivée d’une maladie dans le pays. Ce petit être à trois pattes lui demanda de le dessiner et de montrer son portrait aux gens pour les protéger de l’épidémie.

Suite à ce tweet, les Japonais.es se sont mis à dessiner des amabiés sur les réseaux sociaux. Plein de petits êtres étranges et antiseptiques sont ainsi à découvrir avec le #amabiechallenge (https://twitter.com/search?q=amabiechallenge&src=typed_query)

______________________________________________________________________________

Sources : https://www.lefigaro.fr/culture/amabie-une-etrange-creature-surgie-des-eaux-revient-pour-proteger-les-japonais-du-covid-19-20200517

https://fr.wikipedia.org/wiki/Amabi%C3%A9

Faune et flore

Un bébé babiroussa en Normandie

Le 24 de mâr drényi, eun petiot babiroussa est naé oû zoo de Lisieux (le Cerza), pou la prémyire feis en Fraunce dé depis 25 auns. Chutte petite fumelle de 800g a taé noumaée « Salamy », eun noum qui sent eun miot le sâocichoun, et qui est byin rêvablle pouor eun vêtu sâovage.

Chutte naîtaé est counséquente, questioun que le babiroussa est eune lague « casuelle ». I vit seument dauns quiques îlets d’Indonésie et sa populatioun amendrie est empirie pa la cache et la déforestatioun.

Sen noum vyint du malais « babi », vêtu, et « rusa », cerf. Le babiroussa est ainchin eune mannyire de vêtu d’aveu de graundes canines bouguies. I sait nagi et peut allaer d’île en île. Il est reide catâod et va se camuchi oû meindre brit.

Ch’est dounc eune lague reide intéressaunte à counaîte. Eune belle et loungue vie à la petite Salamy et à touos les petiots babiroussas !

mignon4

Le 24 mars dernier, un bébé babiroussa est né au zoo de Lisieux (le Cerza), une première en France depuis 25 ans. Cette petite femelle de 800g a été baptisée « Salamy », un nom qui sonne un peu saucisson, ce qui est assez ironique pour un cochon sauvage.

Cette naissance est importante car le babiroussa est une espèce « vulnérable ».  Il ne vit que sur quelques îles d’Indonésie et sa population réduite est fragilisée par la chasse et la déforestation.

Son nom vient du malais « babi », porc, et « rusa », cerf. Le babiroussa est ainsi une sorte de cochon avec de grandes canines recourbées. Il sait nager et peut aller d’île en île. Il est très timide et se cache au moindre bruit.

C’est donc une espèce tout à fait intéressante à découvrir. Une belle et longue vie à la petite Salamy et à tous les bébés babiroussas !

___________________________________________

Sources :

https://www.ouest-france.fr/normandie/lisieux-14100/lisieux-naissance-d-un-baby-babiroussa-au-cerza-6863304

https://fr.wikipedia.org/wiki/Babiroussa