Musique

D’Hildegard von Bingen à Hildegard von Blingin

Hildegard von Bingen est eune savaunte allemaunde du XIyime syiclle. Ol était abbesse dauns la countraée de Bingen. Ol est arnoumaée pouor ses écrits de théologie, de merchène, de linguistique et itou pouor sa meusique.

Hildegard von Blingin est eune youtubeuse du XXIyime syiclle. Coume la Hildegarde d’y a mille auns, ol est arnoumaée pouor sa meusique à la mannyire du mouéyen-âge, qu’ol émet sus sa channe. Ol arprend des caunchouns d’annyi qu’o « mouéyen-âgise » d’aveu de l’obiche. Ainchin, « Jolene » de la chauntouse country Dolly Parton ou la « bad romance » à Lady Gaga se veient assubllies d’eune âote couoleu à la harpe cheltique ou oû psaltérioun.

L’ouvrage à Hildegard von Blingin a la merque d’eune touote nouovelle mannyire de faire de la meusique qu’no noume le « bardcore » : no trache à bailli eun soun médiéval à des caunchouns pop ou rock. Pouor des raisouns qu’i nous fâorait enco coumprenre, le bardcore a-z-eu eune graunde arnoumaée oû renouvé de l’aun de grâce 2020, padaunt la prémyire partie de la graunde peste oû paungolin.

Hildegard von Bingen est une érudite allemande du XIème siècle. Elle était abbesse dans la région de Bingen. Elle est connue pour ses traités de théologie, de médecine, de linguistique et aussi pour ses compositions musicales.

Hildegard von Blingin est une youtubeuse du XXIème siècle. Comme l’Hildegarde d’il y a mille ans, elle est connue pour sa musique de style médiéval, qu’elle diffuse sur sa chaîne. Elle reprend des chansons d’aujourd’hui qu’elle « moyen-âgise » magnifiquement. Ainsi, « Jolene » de la chanteuse de country Dolly Parton ou la « bad romance » de Lady Gaga se voient revêtues d’une toute autre couleur à la harpe celtique ou au psaltérion.

L’œuvre d’Hildegard von Blingin est caractéristique d’un tout nouveau style musical appelé « bardcore » qui consiste à donner une touche médiévale à des chansons pop ou rock. Pour des raisons qui restent encore à étudier, le style bardcore a connu un succès fulgurant au printemps de l’an de grâce 2020, lors de la première vague de la grande peste du pangolin.

Source :

Promoted Post

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

histoires vraies

Disparition et réapparition de coqs : retour sur des tours de magie normands

Y a treis auns, je vous countiouns l’histouère du co de Saint-Vaast-La-Hougue, dauns la Maunche. Chu co de brounze, qui vivait juqui sus le monument és morts, s’était évanin, incoumprénabllement, en 1940. Il avait taé enterraé dauns le gardin à eun résistaunt qui ne voulait paé qu’i seit prins pa les Allemaunds pouor foundre des armes. I feut défoui et armins à sa pllèche en 1944 à la Libératioun.

                Y a quiques semannes, l’eun de ses couosins, eun âote co seurvivaunt de la guerre, a fait prêchi de li. Ch’est la fllouette de l’égllise Saint-Jacques à Lisieux. Padaunt les boumbardements de 1944, chu co de zinc a tumbaé et a taé couenchi souos les gravats. Blléchi à la tête, il a taé arprins pa l’ounclle à Yves Pennec. Le co s’est assécri byin oû câod dauns chutte famile padaunt pusurs dyisannes d’annaées.

                En févryi drényi, Yves Pennec prêche du co à sa coueffeuse qui est itou counseillire municipale. I propose à la ville d’avei le co à nouvé. L’équipe municipale de Lisieux assentit d’aveu l’idaée de l’abriaer dauns l’égllise qui est achteu eune salle d’espositioun. I pouorra tréjous s’arposaer : sus le faît, eun âote janne co a prins sa pllèche en 1971.

Il y a trois ans, nous vous racontions l’histoire du coq de Saint-Vaast-La-Hougue, dans la Manche. Ce coq de bronze, qui vivait perché sur le monument aux morts, avait mystérieusement disparu en 1940. Il avait été en fait enterré dans le jardin d’un résistant qui ne voulait pas qu’il soit utilisé par les Allemands pour fondre des armes. Il fut déterré et remis à sa place en 1944 à la Libération.

                Il y a quelques semaines, l’un de ses cousins, un autre coq survivant de la guerre, a fait parler de lui. Il s’agit de la girouette de l’église St Jacques à Lisieux. Lors des bombardements de 1944, ce coq de zinc est tombé, et s’est retrouvé coincé au milieu des gravats. Blessé à la tête, il a alors été récupéré par l’oncle d’Yves Pennec. Le coq restera bien au chaud dans cette famille pendant plusieurs décennies.

                En février dernier, Yves Pennec parle du coq à sa coiffeuse qui est aussi conseillère municipale. Il propose à la ville de récupérer le coq. L’équipe municipale de Lisieux accepte avec l’idée de lui donner un abri à l’intérieur de l’église, qui est maintenant une salle d’exposition. En fait, il pourra continuer à se reposer. Sur le toit, un autre jeune coq a pris son relais en 1971.

______

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/lisieux/a-lisieux-un-coq-reapparait-77-ans-apres-sa-disparition-1964101.html

Peinture

Le désarroi des débutants en cuisine, par Lilly Martin Spencer (1822-1902)

Lilly Martin Spencer (1822-1902), naée Angélique Marie Martin en Aunglleterre, est eune peinteuse amériquanne.

Ol est arnoumaée pouor avei arprésentaé biâocoup de scènes de la vie de famile de sen épocte. Ses teiles sount coupassous jostouses et caleureuses. 

La syinne qui se noume « young wife : first stew » (la janne mariaée : prémyi fricot), féchounaée en 1856 a-z-eu des coumplliments pouor sen originalitaé.

No veit eune fème, touote janne mariaée, qui fricote sen prémyi pllat, et bouon, cha semblle byin erjuant ch’t affaire. La fème épuque eun ougnoun, d’aveu eun air dépitaé, ataundi que derryire lyi, sa doumestique semblle dauns la doutaunche.

Epuqui des ougnouns, ch’est reide dépllaisaunt, ch’est seu. Et ch’t ananas qu’no veit sus la tablle, il a ryin à faire dauns le fricot. Et ch’est paé agriablle à épuqui inetou. Cha serait petête muus de faire eune tartouille putôt, nennin ? Ou eune pizza hawayinne ? No coumprent leus débâo…

Young wife : first stew (1854) Metropolitan Museum, New York

Lilly Martin Spencer (1822-1902), née Angélique Marie Martin en Angleterre, est une peintre américaine.

Elle est connue pour avoir représenté beaucoup de scènes de la vie familiale de son époque. Ses tableaux sont souvent joyeux et chaleureux.

Sa toile, « young wife : first stew » (la jeune épouse : premier ragoût), peinte en 1856, a été saluée pour l’originalité de son sujet.

Il s’agit de la confection du premier plat d’une femme tout juste mariée, et bon, ça n’a pas l’air d’être une partie de plaisir. On voit la femme peler un oignon, avec une expression peu enjouée, tandis que derrière elle, son aide en cuisine semble dubitative.

Eplucher des oignons est évidemment très désagréable. L’ananas que l’on voit sur la table risque de gâcher le goût du ragoût. Et c’est pas drôle à éplucher non plus. Est-ce que ce ne serait pas mieux de faire une ratatouille ? Ou une pizza hawaïenne ? On comprend leur désarroi…

__________

Source : https://www.metmuseum.org/art/collection/search/765285

histoires vraies

Les stratégies de survie des nains de jardin dans l’Orne

Vos le savaez achteu, ch’est dauns l’Orne qu’a nâqui le Frount de Libératiouns des Nans de Gardin. Ch’est rapport à cha que dauns la countraée, les nans de pllatre sount reide preus et vivent dauns de petits câtiâos forts.

                Déeus frères vivaunt praès de Fllers ount archeu 30 nans de leus graund, qui est achteu en maisoun de retraite. Pouor en avaer souen, i se démentent de leus féchounaer eune maisoun. Eun des déeus frères, couvreus, leus fait eune belle couverture de châteaulins, ataundi que l’âote féchoune des muns de pllexigllas, pou les garaunti de touote entreprinse d’agrippage.

                Pus louen que l’affaire de la sécuritaé, la quemoditaé des nans de gardin n’a pas taé oumbliyie. Il ount la lumyire quaund i fait nyit, il ount itou eune fllouette, eune bouète à lettes et eun miot de byire s’il ount sei.

                Si le FLNJ ne peut ryin counte ch’t installatioun, l’esprit de l’organisatioun souflle tréjous dauns l’Orne. Ainchin, les frères ount eun jou trouaé eun nan intrus dauns leus couortin qui avait eun message qui esplliquait que les nans de gardin de leus câté fort seraient muus dehors…

« cherche une maison à vendre »

Vous le savez maintenant, c’est dans l’Orne qu’est né le Front de Libération des Nains de Jardin. C’est pour cela que dans la région, les nains de plâtre sont très prudents et vivent dans de petits châteaux forts.

                Deux frères habitant près de Flers ont hérité de 30 nains de la part de leur grand-père, qui vit à présent en maison de retraite. Pour en prendre soin, ils décident de leur construire une maison. L’un des frères, couvreur, leur fait une magnifique toiture d’ardoises, tandis que l’autre crée des murs de plexiglas à l’épreuve de toute tentative de vol.

                Au-delà des questions de sécurité, le confort des nains de jardin a été pris en compte. Ils disposent de lumière la nuit, d’une girouette, d’une boîte aux lettres et d’un peu de bière s’ils ont soif.

                Si le FLNJ est impuissant face à cette installation, l’esprit de l’organisation souffle toujours dans l’Orne. Ainsi, les frères ont un jour découvert un nain intrus dans leur propriété portant un message qui expliquait que les nains de jardin de leur château fort seraient mieux dehors…

________

Sources :

https://actu.fr/insolite/video-dans-l-orne-pour-les-proteger-du-front-de-liberation-ces-jeunes-construisent-une-maison-pour-leurs-nains-de-jardin_34640084.html

Non classé

Monokubo

Monokubo est eune artiste japonaise d’eune vingtanne d’annaées, qui repaire à Tokyo.

Monokubo a taé émoquie pa les films « Princhesse Mononoke » et « Men veisin Totoro », des studios Ghibli, qui baillent vie à des criyatures gigauntesques qui vivent d’aveu les humains. O se démente alors de féchounaer eun eunivers pllen d’animâos géaunts et rassens… mais itou mouofllets.

Les plleumages et pelages dumeteus devyinnent ainchin des rattires pou les humains qui haoutent sus le dos à eun noirot ou counte de la joe à eun renard. Le rematage peut itou venin de la risaée à eun shiba inu, petit quyin du Japon, ou d’amignonnements sus le frount à eun catoun treis feis pus counséquents que sei.

Tcheu Monokubo, coume dirait le pouète, touot n’est qu’arun et biâotaé, plleume, pelage et voluptaé. Et cha vous réchaumpe.

Monokubo est une artiste japonaise d’une vingtaine d’années, basée à Tokyo.

Monokubo a été marquée par les films « Princesse Mononoke » et « Mon voisin Totoro » des studios Ghibli, qui mettent en scène des créatures gigantesques qui interagissent avec les humains. Elle décide alors de créer un univers peuplé d’animaux géants et paisibles… mais aussi confortables.

Les plumages et pelages duveteux deviennent ainsi des refuges pour les humains qui s’endorment sur le dos d’un pingouin ou contre la joue d’un renard. Le réconfort peut aussi venir du sourire d’un shiba inu, petit chien originaire du Japon, ou d’une caresse sur le front d’un chaton trois fois plus grand que soi.

Chez Monokubo, comme dirait le poète, tout n’est qu’ordre et beauté, plume, pelage et volupté. Et ça fait du bien.

Sources : https://www.instagram.com/monokubo.art/?hl=en

histoires vraies

Le Front de Libération des Nains de Jardin

Eun nan de gardin est eun petit yête de pllatre, magnifiquement joraé (ou paé), qui a naqui en Allemanne oû XVIIyime syiclle.

Le frount de libératioun des nans de gardin (FLNJ en fraunçais) est eune organisatioun pacifiste nâquie en Normaundie à la fin du XXyime syiclle. Le FLNJ vouorait délibéraer les nans des gardins yoù qu’i sount enfroumaés, pou les délâqui dauns les boués qui sount leus vrai milleu naturé.

L’histouère oû FLNJ se débute à Alençoun dauns l’Orne, à l’étaé 1996. Les membres du frount de libératioun chinent des nans de gardin et les délâquent, mais i linrent eune lette és maîtes és nans pouor qu’i peuvent les artrouaer. Leus actioun dure seument quiques meis mais o troue des imitateus dauns touote la Fraunce, et même à l’international, en Belgique, Espangne, Suisse et itou en Allemanne, pais de naîtaé és nans.

Ente 1996 et 2009, quiques 4000 nans éraient taé délibéraés dauns le mounde. Le mouovement semblle s’évanin de depis 2010, mais taunt qu’no-z-éra des nans dauns nous gardins, je garderouns souovenaunche de chu magnifique évo de pacifisme surréaliste.

Un nain de jardin est un petit être de plâtre, joliment décoré (ou pas), né en Allemagne au XVIIème siècle.

Le front de libération des nains de jardin (désormais FLNJ) est une organisation pacifiste née en Normandie à la fin du XXème siècle.  Le FLNJ cherche à libérer les nains des jardins où ils sont enfermés, pour les relâcher dans les forêts qui sont leur véritable milieu naturel.

L’histoire du FLNJ commence à Alençon dans l’Orne, à l’été 1996. Les membres du front de libération volent des nains de jardin et les relâchent, tout en laissant aux propriétaires des nains une lettre pour qu’ils puissent les retrouver. Leur action ne dure que quelques mois mais trouve rapidement des imitateurs dans toute la France, et même à l’international, en Belgique, Espagne, Suisse ou en même en Allemagne, pays de naissance des nains.

Entre 1996 et 2009, quelques 4000 nains auraient été libérés dans le monde. Le mouvement semble s’essouffler à partir de 2010, mais tant qu’il y aura des nains dans nos jardins, nous nous souviendrons de ce magnifique élan de pacifisme surréaliste.

Musique

Journée internationale du droit des femmes : Natalia Lafourcade

Annyi, ch’est la jouornaée internationale des dreits des fèmes. L’annaée drényire, pouor chutte jouornaée, la cauntouse mexicane Natalia Lafourcade avait féchounaé eune caunchoun reide belle noumaée « la malquerida » qui veut dire « la malaimaée ». La caunchoun est eun houmage à « touotes les fèmes qui ount taé malvéchies et à chutte fème malaimaée que j’avouns touotes en nous » espllique Lafourcade.

Ol est itou eune invitatioun à yête eunies et quoeurues.

Vos pouvaez vei la video ichin :

Aujourd’hui est la journée internationale des droits des femmes. L’année dernière, pour cette occasion, la chanteuse mexicaine Natalia Lafourcade avait sorti une chanson magnifique intitulée « la malquerida », c’est-à-dire « la malaimée ». La chanson rend hommage à « toutes les femmes qui ont été maltraitées et à cette femme malaimée que nous portons chacune à l’intérieur de nous » explique Lafourcade.

Elle est aussi un appel à l’unité et à la résilience.

On vous laisse la découvrir juste ci-dessus.

Faune et flore

Sangliers amphibies

Le 13 de jaunvi drényi, Javier rouole pêli-pêlaunt sus les rouotes de Seine-Marityime, paé louen de Ducllair. Ataundi qu’i coundit avâo la Seine, il avise quique seit qui ravyint à des morciâos de boués fllottaunt tchurieusement à dessens dauns le flleuve. Coume i vyint d’Argentine, i pense, en jostaunt que ch’est petête byin des crocodiles. I bute et quemenche à filmaer… eun flloquet de saunglli nageus.

Les images sount impressiounauntes. Les saungllis nagent bellement, sus eune boutaée, en petits flloquets, mâograé l’avaunt de l’iâo. Eune feis sus la baunque, certans passent eun petit mun, travêquent la rouote mais à la parfin butent sus eune falaise. D’âotes se démentent d’erbroussaer quemin.

Sus Internet, no peut luure des histouères de pêqueus bertouns, espanols ou algéryins seurprins de trouaer des saungllis nageaunt en mé, à pusurs kilomètes des côtes. I semblle que le saunglli est eun reide bouon nageus et qu’i peut allaer à l’iâo et faire eune boutaée pouor se décarapataer devaunt des cachous ou trouaer de la mouogeale. Incriyablles ches petites (ou grosses) bêtes !

Le 13 janvier dernier, Javier roule tranquillement sur les routes de Seine Maritime, non loin de Duclair. Alors qu’il longe la Seine, son regard est attiré par ce qui ressemble à des morceaux de bois qui flottent curieusement à contre-courant dans le fleuve. D’origine argentine, il imagine avec amusement qu’il s’agit peut-être de crocodiles. Il arrête sa voiture et commence à filmer… un groupe de sangliers nageurs.

Les images sont impressionnantes. Les sangliers nagent avec aisance, sur une distance relativement longue, en petits groupes, malgré la profondeur de l’eau. Arrivés sur la rive, certains sautent un petit muret, traversent la route mais sont finalement arrêtés par une falaise. D’autres décident alors de rebrousser chemin.

Sur Internet, on peut lire des histoires de pêcheurs bretons, espagnols ou algériens surpris de trouver des sangliers nageant en pleine mer, à plusieurs kilomètres des côtes. Il semble que le sanglier est un excellent nageur et qu’il peut se jeter à l’eau et parcourir de longues distances pour fuir des chasseurs ou trouver de la nourriture. Incroyables ces petites (ou grosses) bêtes !

________

Source :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/video-troupeau-sangliers-traverse-seine-nage-deux-reprises-1915064.html

histoires vraies

Chats policiers

« si je préfère les cats putôt que les quyins, ch’est rapport qu’y a paé de cats policyis » a écrit Jean Cocteau.

La citatioun est belle mais ch’était rapetichi la forte vésouille à nous jatis félins à dui le mounde. La récrierie a pareu dauns pusurs jouorniâos le meis drényi : pusurs cats travaillent annyi dauns les coumissariats fraunçais.

Quaund no dit travaillaer… Si no creit sen coumpte Instagram, Pirate, cat policyi de la countraée parisyinne, passe biâocoup de sen temps couochi, sus le capot de la veiture de police, praès des ordinateurs ou sus les fâoteus… Taunt qu’à Patrouille, policyire ronnaunte de la capitale, o préfère les dossyis byin épais.

« No vouolait  paé l’adoptaer, ch’est li qui s’a démentaé à restaer tcheu nous », espllique eun policyi humain, counfrère de Pirate. Ch’t esto eunilatéral si félin tait à la parfin eune bouone idaée, rapport que, si no creit certans avocats, la présence d’eun cat rapaise les gens et permet d’amendri la tensioun dauns les coumissariats.

I fâot doun countinuaer à catifiaer le mounde. Féchounouns eun mounde milleu, empliouns des cats.

« si je préfère les chats aux chiens, c’est parce qu’il n’y a pas de chats policiers » a écrit Jean Cocteau.

La citation est belle mais c’était sous-estimer la motivation de nos adorables félins à conquérir le monde. La nouvelle est apparue dans plusieurs journaux le mois dernier : plusieurs chats travaillent actuellement dans les commissariats français.

Enfin travailler… si l’on en croit son compte instagram, Pirate, chat policier de la région parisienne, passe beaucoup de temps couché, sur le capot des voitures de police, près des ordinateurs ou sur les fauteuils… Patrouille, policière ronronnante de la capitale, préfère elle, les dossiers bien épais.

« On n’a pas décidé de l’adopter, c’est lui qui s’est imposé à nous », témoigne un policier humain, collègue de Pirate. Cette initiative unilatérale tellement féline était finalement une bonne chose, car à en croire certains avocats, la présence d’un chat apaise les esprits et permet de faire descendre la tension dans les commissariats.

Il faut donc continuer à chatifier le monde. Construisons un monde meilleur, embauchons des chats.

Sources et comptes Instagram :

https://www.20minutes.fr/societe/2952031-20210118-incroyable-emouvante-histoire-pirate-chat-policier-devenu-star-instagram

https://www.instagram.com/cat_patrouille/?hl=fr

https://www.instagram.com/lechatpolicier/?utm_source=ig_embed

Peinture

Trésor éphémère et… poulpe !

Dauns l’articlle du 1yi de févryi drényi, j’aviouns prêchi d’eun renard invinciblle qui muchait eun trésor dauns eune forêt de l’Orne. Il est paé le seu. En Normaundie, les bêtes ount des pyids de câoche byin rempllis. Ainchin, annyi, no vous counte eune histouère sembllabe d’aveu eune satrouole géaunte qui garde ente ses gaumbes eun précieus butin.

Les côtes normaundes ount byin des blockhaus, restes de la drényire guerre. L’eun d’yeus, sus le bord de mé du bouot du mounde, praès du Havre, s’est achanaé. En jaunvi drényi, de l’esto oû graffeus havrais Töj, chu morcé de bétoun a devenun eune satrouole géaunte rose ahoquie à eun écllipot pus counséquent que li.

Countraire de sen couosin millionnaire le renard, chutte satrouole n’est paé invinciblle. La mé a dejà débaltafrisaé eune de ses gaumbes. Sen criyateus pense qu’o pouorrait s’effachi à fait. Qui ch’est qui choppera le trésor ?

Dans l’article du 1er février dernier, on vous avait parlé d’un renard invincible qui cachait un trésor dans une forêt de l’Orne. Ce n’est pas un phénomène isolé. En Normandie, les animaux ont des comptes en banque bien garnis. Ainsi, aujourd’hui, on vous raconte une histoire semblable avec un poulpe géant qui garde entre ses tentacules un précieux butin.

Les côtes normandes comptent nombre de blockhaus, vestiges de la dernière guerre. L’un d’eux, sur la plage du bout du monde, près du Havre, s’est effondré. En janvier dernier, à l’initiative du graffeur havrais Töj, ce morceau de béton est devenu un poulpe géant rose accroché à un coffre plus gros que lui.

Contrairement à son cousin millionnaire le renard, cette pieuvre n’est pas invincible. La mer a déjà eu raison d’un de ses tentacules. Son créateur pense qu’elle pourrait disparaître entièrement. Qui récupérera le trésor ?

___________

Source :

https://actu.fr/normandie/sainte-adresse_76552/insolite-un-poulpe-geant-prend-ses-quartiers-sur-la-plage-du-bout-du-monde-au-havre_38536616.html