Musique

Paul Barton et les éléphants mélomanes

Paul Barton est eun pianiste et artiste aungllais qui vit en Thaïlaunde.

Y a quiques annaées de cha, il a démuchi dauns sa countraée le parc Elephant World, qui archève et souengne des éléphaunts qui ount taé malvéchis.

I se demaunde alors si ches éléphaunts pouovaient aimaer eun petit councert de piano. I se démente de quériaer sen piano oû mitaun du parc et quemenche à jostaer quiques airs. Il est alors seurprins de vei que les éléphaunts sount reide ratiraés pa la meusique qui les rapaise, sustouot si ch’est du Bach, Satie et Beethoven.

Y a quiques meis, il a vlu arfaire l’espérienche d’aveu eun publlic eun miot pus invecti : des macaques dauns des endreits en démence, coume dauns chu cinéma.

Ses vidéos sount incriyabllement pouétiques et coume le dit eun coumentaire, no se sent reide « héreus de savei que quique part dauns le mounde, eun houme joste de la meusique pouor des éléphaunts ».

Paul Barton est un pianiste et artiste anglais qui vit en Thaïlande.

Il y a quelques années, il a découvert dans sa région le parc Elephant World, qui recueille et soigne des éléphants qui ont été maltraités.

Il se demande alors si ces éléphants pouvaient apprécier un petit concert de piano. Il décide de transporter son instrument au milieu du parc et commence à leur jouer des mélodies. Il est alors surpris de voir que les éléphants sont très intéressés par sa musique qui les apaise, en particulier les pièces de Bach, Satie et Beethoven.

Il n’y a pas longtemps, il a tenté à nouveau l’expérience avec un public un peu moins discipliné : des macaques dans des endroits abandonnés, comme dans ce cinéma.

Ses vidéos sont incroyablement poétiques et comme le dit un commentaire, on se sent véritablement « heureux de savoir que quelque part dans le monde, un homme joue de la musique pour des éléphants ».

Faune et flore

Les blobs de l’espace

Thomas Pesquet est eun astronâote fraunçais qui vyint de Rouen.

Touot de site, il est en missioun à la statioun spatiale internatiounale yoù qu’i va abiénaer des espérienches pouor faire avaunchi la chienche. L’eune d’yeus est eun miot particulyire rapport à qu’o va yête faite sus eun yête drôlu, le bllob. Des écolyis sus Terre vount faire la même espérienche à la rentraée qui vyint et vount ainchin coumparaer leus résultats d’aveu les syins des bllobs de l’espache.

Eun bllob, ch’est ni eun anima, ni eun végéta. Ch’est eune cellule géaunte qui a pusurs nouyeux, jâone et libodeuse qui, dauns les labos, mouoge des fllocouns d’aveine.

La fin de ch’tte espérienche est de paitaer les effets de la micropesaunteu et des riouns cosmiques sus la féchoun oû bllob d’esplloraer sen espache. Ch’est-y qu’i va trachi sen aveine dauns les treis dimensiouns et féchounaer des colonnes jâones et égamaés ? Grâce à Thomas Pesquet, j’allouns le savei byintôt.

NDLT : « boujou » en loceis bllob/ « bonjour » en langue blob

Thomas Pesquet est un astronaute français originaire de Rouen.

En ce moment, il est en mission à la station spatiale internationale où il va mener différentes expériences pour faire progresser la science. L’une d’elles est un peu spéciale car elle va être menée sur un être étrange, le blob. Des élèves sur Terre vont faire la même étude à la rentrée prochaine et comparer leurs résultats avec les blobs de l’espace.

Un blob n’est ni animal ni végétal. C’est une cellule géante à plusieurs noyaux, jaune et gluante qui, dans les laboratoires, mange des flocons d’avoine.

Le but de l’expérience est de mesurer les effets de la micropesanteur et des rayons cosmiques sur les comportements d’exploration du blob. Va-t-il chercher son avoine dans les trois dimensions et former des colonnes jaunes et affamées ? Grâce à Thomas Pesquet, nous le saurons bientôt…

__________

Source :

https://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/le-blob-dans-les-classes-et-dans-lespace

Peinture

June d’Ellen Day Hale

Ellen Day Hale (1855-1940) est eune artiste impressiouniste amériquanne.

Ol étudyit l’art à Boston, Philadelphie et Paris. Ol est arnoumaée pouor ses portraits de fèmes seules, anéraés à faire leus petit couraunt, dauns des maisouns lumineuses.

En 1893, o peint « June », le portrait d’eune fème qui couote. La lumyire écllaire ses mans et fait relisaer le da sus sen deigt. Ches couoleurs cllaires traunquent d’aveu les teintes de la quaire et la mène grave et sérieuse de la fème.

La lumyire fait itou relisaer les boutouns de nacre de sen queminsyi, souolènaunt de mannyire ironique l’absenche de l’eun d’yeus…

June (ca. 1893) par Ellen Day Hale, National Museum of Women in the Arts

Ellen Day Hale (1855-1940) est une peintre impressionniste américaine.

Elle étudia l’art à Boston, Philadelphie et Paris. Elle est connue pour ses portraits de femmes seules, absorbées par des tâches domestiques, dans des maisons lumineuses.

 En 1893, elle peint « June », le portrait d’une femme en train de coudre. La lumière éclaire ses mains et fait étinceler le dé sur son doigt. Ces couleurs claires entrent en contraste avec les teintes sombres de la chaise et l’air grave et sérieux du visage de la femme.

La lumière fait aussi briller les boutons de nacre de son chemisier, soulignant de manière ironique l’absence de l’un d’eux…

________

Source :

https://nmwa.org/art/collection/june/

Faune et flore

Tuto facile pour faire son nid

Annyi, je vous proposouns eune âote belle vidéo d’ouésé. Ol a-z-eu eune petite gllouère sus Internet et a fait pus de 28 milliouns de veues sus Youtube ! Le mounde entyi s’a toqui de chutte belle petite mésigue blleue qui a genci sen nin dauns eun nichouère, souos l’u d’une caméra, à retou de temps.

La vidéo moutre coument la mésigue quemenche par faire sens raunchaès dauns sa nouovelle maisoun, ol argarde le pllaunchi, l’aire, o countrôle les muns ou les cllous d’aveu sen bé. Quaund ol est traunquilisaée sus la qualitaé de sen acquisitioun immobilière, la mésigue quemenche à féchounaer eun paillot de mouosse, de pouels de quyin ( ?) et de balivés, padaunt eune trentanne de jouors.

Touot cha, pouor, à la fin de touot, avaer sen premyi oeu. La mésaungue rajouote alors des plleumes et trache la milleure pllèche yoù qu’o peut les mette… Cha semblle oûssi délicat coume de savei yoù qu’i fâorait mette eun nouvé canapaé.

Cha moutre byin que je soumes touos parels.

Aujourd’hui, nous vous proposons une autre belle vidéo d’oiseau. Elle a eu un beau succès sur Internet avec plus de 28 millions de vues sur Youtube ! Le monde entier a craqué pour une belle petite mésange bleue qui a installé son nid dans un nichoir, sous l’œil constant d’une caméra.

La vidéo montre comment la mésange commence par visiter sa nouvelle maison, regarder le sol, le plafond, tester les murs ou les fixations de son bec. Une fois rassurée sur la qualité de son acquisition immobilière, la mésange commence à construire un matelas de mousse puis de poils de chien ( ?) et de brindilles, pendant une trentaine de jours.

Tout cela pour enfin avoir son premier œuf. La mésange rajoute alors des plumes et cherche le meilleur endroit où les poser… Cela semble aussi compliqué que de savoir où installer un nouveau canapé.

Comme quoi, on est tous pareils.

Faune et flore

L’oiseau-lyre et le chant des tronçonneuses

L’ouésé-lyre ou méneure est eun graund ouésé qui vit dauns les forêts âostralyinnes.

Sen noum vyint de sa loungue coue, faite de seize plleumes, qui fait pensaer à la forme d’eune lyre.

Chu bénoum, cha s’adoune byin pou li, questioun que ch’est eun vrai meusiqueu. Sen syrinx (organe de la voué tcheu les ouésiâos) est reide bouon, cha fait qu’i peut arfaire byin des souns. Ainchin, l’ouésé-lyre peut imitaer d’âotes ouésiâos, mais itou, les ébrais des koalas ou des dingos. D’âoqueuns fount itou le brit des appareils photos, des trounchonneuses ou des veitures.

Pouor avei eune idaée de ses capacitaés d’imitatioun, vos pouvaez vei chutte vidéo impressiounaunte de la BBC :

L’oiseau-lyre ou ménure est un grand oiseau qui vit dans les forêts australiennes.

Son nom vient de sa longue queue, composée de seize plumes, qui évoque la forme d’une lyre.

Ce surnom lui va bien car c’est un vrai musicien. Son syrinx (organe vocal des oiseaux) est particulièrement développé, ce qui lui permet de reproduire une grande variété de sons. Ainsi, l’oiseau-lyre peut imiter d’autres oiseaux, mais aussi, les cris des koalas ou des dingos. Certains reproduisent aussi le bruit des appareils photos, des tronçonneuses ou des voitures.

Pour vous faire une idée de ses capacités d’imitation, vous pouvez visionner cette vidéo impressionnante de la BBC ci-dessus.

Musique

Tchebourachka et ses chansons mignonnes

Tchebourachka est eun persounage de films d’animatioun russes des annaées 1970. Il est reide couneu en Urope de l’Êt.

Le prémyi film espllique que Tchebourachka a taé trouaé sus eun coup d’adoun, dauns eune casse de poumes d’oraunges. Ch’est eun petit animal drôlu, qui appartyint à eune lague incouneue. Ch’est pouor cha, que les zoos le rebouquent et que sa solitude le deule. Héreusement, i devyint eun bouon amin à Guéna, eun crocodile.

Tchebourachka, en pus de ses incriyablles olyires deumeuses, a eune voué byin révablle et launlure de belles caunchouns. L’eune de ses caunchounettes que je voulions vous faire entenre se noume, « la caunchoun à Tchebourachka ».

Tchebourachka est un personnage de films d’animation russes des années 1970. Il est très populaire en Europe de l’Est.

Le premier épisode explique que Tchebourachka a été trouvé par hasard dans une caisse d’oranges. C’est un petit animal étrange, qui appartient à une espèce inconnue. Pour cette raison, il est refusé par les zoos et souffre de solitude. Heureusement, il devient très ami avec Guéna, un crocodile.

Tchebourachka, en plus de ses incroyables oreilles pelucheuses, a une voix ultra mignonne et chante de jolies chansons. C’est l’une d’elles que nous souhaitons vous faire découvrir, intitulée « la chanson de Tchebourachka » :

RusseFrançaisNormaund
Мне не везло сначала,
И даже так бывало:
Ко мне на день рожденья Никто не приходил.
Теперь я вместе с Геной,
Он не обыкновенный,
А самый лучший в мире крокодил!
Je n’avais pas de chance avant
Et même parfois
A mon anniversaire, personne n’est venu
Maintenant j’ai Guéna
Il est extraordinaire
C’est le meilleur crocodile du monde !  
J’avais paé de caunche avaunt
Et même quiquefeis
A men anniversaire,
Pyiche n’a venun
Achteu, j’ai Guéna,
Il est de remerque
Ch’est le milleu crocodile du mounde !
Faune et flore

Petits poissons normands aux noms étonnants

J’avouns préchi des rivyires normaundes, le 7 de juin drényi, il est doun byin métyi qu’annyi, je préchiouns des peissouns normaunds.

                Véchi les pus biâos noums de peissouns de noute countraée :

_ « la raie dingue » pa minchage de l’aungllais « sting-ray ».

_ « la houolebiche », ch’est la bête des houoles, pouor la graunde rouossette

_ « le peissoun-farce » à Etretat est eun bar

_ « la tâope-fâocile » à Fécaump ou le « tchyin-fâocheus » à Ouistreham est eun renard marin.

_ à la fin de touot, j’avouns le mens jati, le brochet de mé est eun « cat-pourri » à Tchidbouorg

Qui note que vos leus baillériaez ?

Nous avons parlé des rivières normandes, le 7 juin dernier, il nous paraît logique de parler maintenant des poissons normands.

                Voici les plus beaux noms de poissons de notre région :

_ « la raie dingue » pour la raie pastenague, par altération de l’anglais « sting-ray ».

_ « la houlebiche » c’est-à-dire la bête des creux, pour la grande roussette

_ « le poisson-farce » à Etretat désigne le bar.

_ « la taupe-faucille » à Fécamp ou le « chien-faucheur » à Ouistreham est un renard-marin.

_ « le poisson-chance » est un syngnathe à Trouville.

_ Enfin, le moins flatteur, le dragonnet est un « chat-pourri » à Cherbourg.

                Quelle note vous leur mettriez ?

_____

Source : Espèces marines de Normandie, René Lepelley, 2005

illustration

Babouchcat !

En russe, le mot « babouchka » veut dire « graund-mère » ou « vuule fème ». En aungllais, chu mot peut yête itou le moucheus de co qu’ount les fèmes dauns quiques countraées en Urope de l’êt.

Selynn, artiste qui vit en Alemanne et en Corée du Su, espllore le persounage de la babouchka et de sen moucheus coloraé d’aveu eune palaunquie de portraits de… cats.

Touos ses félins, byin coueffis, sount rêvablles. Y a la « bananebouchka » et sen incriyablle petite goulette. Y a eun cat bllaunc et ses urs varouns, eun vrai fignoleus d’aveu sen châle à flleurs. Ou enco eun janne cat brunge à la mène mouormâode et portaunt eun moucheus d’aveu des citrouns.

Ch’est eun vrai défilaé de mode, remplli de pelages et de motifs différents. Ch’est itou touot pllen de mignonneries que vos pouvaez vei sus sen Instagram :

https://www.instagram.com/itsselynn/

(si vos aimaez paé les cats_ ch’est voute dreit_ y a des quyins et des renards itou).

En russe, le mot « babouchka » signifie « grand-mère » ou « femme âgée ». En anglais, ce mot peut aussi désigner le foulard que portent les femmes dans certaines régions rurales d’Europe de l’Est.

Selynn, illustratrice basée en Allemagne et en Corée du Sud, explore la figure de la babouchka et de son foulard coloré, à travers une série de portraits de… chats.

Tous ses petits félins joliment coiffés sont adorables. Il y a la bananebouchka et son incroyable sourire. Il y a un chat blanc et ses yeux vairons, très élégant avec son foulard fleuri. Ou encore un jeune chat brun au regard timide arborant un foulard orné de citrons.

C’est un vrai défilé de mode, plein de pelages et de motifs variés. C’est aussi un concentré de mignonnité que vous pouvez admirer sur son compte instagram :

https://www.instagram.com/itsselynn/

(si vous n’aimez pas les chats_ vous avez le droit_il y a des chiens et des renards aussi).

______________

Source :

https://en.wikipedia.org/wiki/Headscarf#Babushka

histoires vraies

Rivières 5 étoiles

Achteu, no peut touot évaluaer sus Internet. No baille des notes oû restâoraunt yoù qu’no-z-a mouogi, oû live qu’no vyint de luure, ou à la vidéo de catouns qu’no-z-a veue.

Mais saviaez-vos qu’no peut itou notaer les rivyires ? Sus Google, le Trottebé, rivyire la pus arnoumaée de Normaundie, obtyint 4 éteiles sus 5. Ch’est eune reide bouone note, je soumes byin hâochies par chu hâot-fait de noute rivyire préféraée, coume de fait. Quiques ermerques alosent ses peissouns et la biâotaé de sa caumpane.

                Malhéreusement, d’âotes ruets de la countraée sount muus notaés que le Trottebé. La Bresle, en Seine-Marityime, obtyint 4,2 éteiles pouor ses belles falaises. La rivyire de l’Orne a 4,3, questioun qu’no peut rououlaer à bicycllette sus ses baunques. Certannes évaluatiouns sount eun miot injustes, le petit Orbiquet, dauns le Pais-d’Âoge, a la note la pus hâote d’aveu 5 éteiles, mâogré eun commentaire qui espllique qu’y a des hanebets à l’étaé.

                Et vos ? Qui note que vos bailleriaez à la rivyire de tcheu vous ? Ch’est tcheu qui térouettes que vos faites vous milleurs pique-niques ? Qui fût d’âbre est le pus agriablle pouor s’accotinaer ? Internet veut savei…

De nos jours, on peut tout évaluer sur Internet. On donne des notes au restaurant dans lequel on a mangé, au livre qu’on a lu ou à la vidéo de chatons qu’on a regardée.

Mais saviez-vous qu’on peut aussi noter les rivières ? Sur Google, le Trottebec, rivière la plus célèbre de Normandie, obtient la note de 4 étoiles sur 5. Ce qui est une très bonne note, nous sommes évidemment très fières de la performance de notre rivière préférée. Quelques commentaires louent ses poissons et la qualité de ses paysages.

                Malheureusement, le Trottebec se fait dépasser par d’autres cours d’eau de la région. La Bresle, en Seine-Maritime, obtient 4,2 étoiles grâce à ses belles falaises. La rivière de l’Orne a 4,3 car on peut faire facilement du vélo sur ses rives. Certaines évaluations sont un peu injustes, le petit Orbiquet, dans le pays d’Auge, a la note maximale de 5 étoiles, alors qu’un commentaire souligne la présence de moustiques l’été.

                Et vous, quelle note mettriez-vous à la rivière près de chez vous ? Chez quelles truites faites-vous vos meilleurs pique-niques ? Quel tronc d’arbre est le plus confortable pour s’adosser ? Internet veut savoir…

illustration

Oxana Fomina et ses plantes hybrides

Oxana Fomina est eune artiste qui mouontre ses aquarelles sus sen Instagram « Oxanafominaartist ».

Oxana Fomina peint des yêtes drôlus, à mitaun animâos, à mitaun pllauntes, qui sount oûssi rêvablles coume i sount détouorbaunts. Ainchin, eun petit lapinôsse brunge est, souos le pincé à Fomina, le bulbe d’eune belle flleur vieulette. Chutte pllaunte drôlette est eune « bundragora », qui vyint de l’aungllais « bunny » « lapin » et « maundragore ». Fomina arpense ainchin la criyaunche médiévale qui viyait dauns la forme rêvablle de la rachène des maundragores eun petit houme, qui vyiperait eun ébrai morté quaund no le défouissait.

Dauns eune âote aquarelle, Fomina espllore les diries sus les lapins de Pâques. Ol invente leus naîtaé sus les braunques d’eun sâo oû renouvé. O peint ainchin des petits lapinôsses gris envarraés et ragribouolaés qui fount les minots de l’âbre.

Marchiz dounc vei sa page, pouor rêvaer vous itou à ches souoris-papillouns ou à ches lapins-pllonnes.

Oxana Fomina est une artiste qui expose ses aquarelles sur son compte Instagram « oxanafominaartist ».

Oxana Fomina peint des créatures étranges, mi-animales, mi-végétales, aussi mignonnes que dérangeantes. Ainsi, un petit lapereau brun est, sous le pinceau de Fomina, le bulbe d’une jolie fleur violette. Cette plante bizarre est une  « bundragora », contraction de l’anglais « bunny » « lapin » et « mandragore ». Fomina revisite ainsi la croyance médiévale qui voyait dans la forme étrange de la racine des mandragores un petit homme, supposé pousser un cri mortel quand on le sortait de terre.

Dans une autre aquarelle, Fomina explore le mythe des lapins de Pâques. Elle imagine leur naissance sur les branches d’un saule au printemps. Elle peint ainsi des petits lapereaux gris, endormis en boule, à la place des chatons de l’arbre.

On vous laisse explorer sa page, pour que vous puissiez rêver vous aussi de souris-papillons ou de lapins-pivoines.

Son compte Instagram : https://www.instagram.com/oxanafominaartist/?hl=fr