histoires vraies

Un étrange bus scolaire

La ville de Sant-Lô est byin arnoumaée pouor sen haras, féchounaé padaunt la guerre et arbâti touot récopi. Il a eune quarauntanne d’étalouns et est byin couneu pouor ses « cobs normaunds », eun lague de quevâos de Basse-Normaundie, qu’no-z-emplliait âotefeis pou limounaer des maringotes.

A la partie de chu meis de jaunvyi et jusqu’à l’esseue de l’annaée d’école, quatorze petits habitaunts de Sant-Lô vount pouvei s’éjoui de la présenche de ches veisins équins. La ville et le haras ount voulu travailli ensemblle pouor que le traunsport à l’école seit fait en maringote !

Ainchin, la ville veut armette le queva dauns le chente-ville et quemenchi à arpensaer coument qu’no se dépllèche, sustouot praès des écoles. Pou les élèves, cha sera asseurément eune espérienche surbelle, de qui qu’i s’arsouvyinrount lôtemps. Mais que ch’t idaée seit poursieuvie et arrive itou à d’âotes endreits !

La ville de Saint-Lô est célèbre pour son haras, construit à la fin du XIXème siècle, détruit pendant la guerre et reconstruit à l’identique. Il compte une quarantaine d’étalons et est notamment spécialisé en « cob normand », une race de chevaux de Basse-Normandie historiquement utilisée pour le transport hippomobile.

A partir de ce mois de janvier et jusqu’à la fin de l’année scolaire, quatorze petits habitants de Saint-Lô vont pouvoir profiter de la présence de ces voisins équins. La ville et le haras ont conclu un partenariat pour que le transport scolaire de ces élèves soit effectué en calèche !

Il s’agit pour la municipalité de remettre le cheval dans le centre-ville et de commencer une réflexion sur les mobilités, notamment aux abords des écoles. Pour les élèves, ce sera sûrement une très belle expérience dont ils se souviendront longtemps. Espérons que l’initiative soit poursuivie et élargie 😊

_______________________

https://actu.fr/normandie/saint-lo_50502/insolite-a-saint-lo-des-enfants-iront-bientot-a-l-ecole-en-caleche_46679941.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cob_normand

illustration

David Zinn, magicien des trottoirs

David Zinn est eun artiste de reue amériquaun.

D’aveu eune petite bouète de craies, biâocoup d’imaginatioun et d’obiche, i féchoune dauns les reues de sa ville du Michigan eun eunivers absolutement magique et pouétique… qui s’effache à la prémyire iâo.

David Zinn emplie dauns ses ouvrages le mobilyi de reue, les petites pllauntes vertes des talards et les petits cailloux adiraés. Maîte de l’attrape-u, i joste d’aveu les perspectives et fait nâqui eun jostous bestiaire, d’aveu des misettes nasouses, des vêtus volaunts ou de biâos petits mounstres verts.

Sen ouvrage incriyablle est à vei sus sen Instagram ou dauns la video ichin :

David Zinn est un artiste de rue américain.

Avec une simple boîte de craies, beaucoup d’imagination et de talent, il crée dans les rues de sa ville du Michigan un univers absolument magique et poétique… qui disparaît à la première pluie.

David Zinn intègre dans ses œuvres le mobilier de rue, les petites plantes vertes des trottoirs et les petits cailloux égarés. Maître du trompe-l’œil, il joue avec les perspectives et fait naître un joyeux bestiaire, avec notamment des souris curieuses, des cochons volants ou d’adorables petits monstres verts.

Son œuvre incroyable est à découvrir sur son compte Instagram ou dans la video ci-dessus.

Plein d’autres merveilles ici :

https://www.instagram.com/davidzinn/

chansons en normand

L’hiver en chanson

L’hiver est arrivé en Normandie ! Cela nous a inspiré pour une nouvelle chanson en langue normande.

Nous avons réécrit les paroles de la chanson « fever », interprétée à l’origine par Angèle et Dua Lipa, en les adaptant à la saison.

Gros manteaux et nez rougis sont au programme de cette tentative de tube de l’hiver.

Merci à Florence d’avoir patiemment coaché ce projet rafraichissant 🙂

C’est pas un chef-d’œuvre mais presque
légendes

La « mari lwyd », un cheval-squelette qui frappe à votre porte

La mari lwyd est eune vuule couteume du Pais-de-Galles, qu’no fait à fâote de jou, devers Noué et le tchu de l’aun.

La mari lwyd (qui pouorrait yête traduite par « joument vare ») est le noum à eun queva byin drôlu qui passe à touos les hus dauns les hammiâos, espéraunt qu’no li ouvre. Ol est féchounaée d’aveu la heune d’eun queva mot, ornaée de ribauns et quiquefeis de bouoles de Noué, ahoquie sus eun fiquot et maniaée par quiqu’eun qui est muchi souos eune pouque.

Ol est acauntaée de pusuurs houmes qui launluure eune petite caunchoun devaunt chaque maisoun pouor qu’no-z-ouvre à la mari lwyid. La couteume veut que les habitaunts dévouolent à ouvri en chauntaunt des apologies pouor ne paé défroumaer leus hus.

Eune loungue batale chauntaée, qui a la forme d’eun dialogue qu’no noume « pwnco » quemenche. Si les habitaunts de la maisoun n’artrouent pus d’idaées, la mari lwyid peut entraer. No lyi baille alors quiqueseit à beire et à mouogi.

Même quaund no-z-est eun queva-étamin, eune petite bire, cha rebaille vie…

Une Mari Lwyd contemporaine. Photo par R. fiend – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16960238

La mari lwyd est une coutume ancienne du Pays-de-Galles qui a lieu à la nuit tombée, dans la période de Noël et du Nouvel an.

La mari lwyd (qui pourrait se traduire par « jument grise ») est le nom que l’on donne à un étrange cheval qui passe de porte en porte dans les villages, en demandant à ce qu’on lui ouvre. Elle est fabriquée à partir d’un crâne de cheval orné de rubans et parfois de boules de Noël, monté sur un piquet et manipulé par une personne cachée sous un sac de toile.

Elle est accompagnée par un groupe d’hommes qui chantent une supplique devant chaque maison pour qu’on ouvre à la mari lwyd. Il est attendu que les habitants refusent d’ouvrir en chantant des excuses pour garder leur porte fermée.

Une longue bataille chantée, sous forme d’un dialogue qu’on appelle pwnco, s’ensuit. Si les habitants de la maison se retrouvent à court d’arguments, la mari lwyd peut entrer et se voit offrir à boire et à manger.

Parce que même quand on est un cheval-squelette, une petite bière, ça revigore…

Un dialogue chanté en gallois pour négocier l’entrée de la mari lwyd en 1966

____

Source :

https://en.wikipedia.org/wiki/Mari_Lwyd

histoires vraies

Un nuage étrange dans le ciel normand

Les cyils normaunds ount taé  eun bouonheus pouor les peintureus impressiounistes d’aveu leus couoleurs et leus formes chaungeauntes.

La nuaée qui s’a arouolaé oû dessus de Rouen en stembre drényi ne les érait petête paé vraiment inspiraés.

A chu matin-lo, eune rouole reide graunde et épaisse de nuaée bllaunche, basse dauns le cyil, a éberlusaé les gens de Rouen.

La statioun météo de Boos espllique que ch’est eun phénomène météo qui est rare, qu’no noume « arcus ». Chutte nuaée d’arage est eun cumulonimbus qui a eune forme d’arc et qui est usagément de couoleu pus basse.

Sa forme eun miot drôlue peut faire pensaer à des seits rêvablles coume eune grosse patte de cat ou eun tran de cotoun. Et vous, qui que vos viyiz ?

Les ciels normands ont fait le bonheur des peintres impressionnistes avec leurs couleurs et leurs formes changeantes.

Le nuage qui s’est déployé au-dessus de Rouen en septembre dernier ne les aurait peut-être pas forcément inspirés.

Ce matin-là, un immense et épais rouleau nuageux blanc, bas dans le ciel, a surpris les habitants de Rouen.

La station météo de Boos explique qu’il s’agit d’un phénomène météorologique rare, nommé « arcus ». Ce nuage d’orage est un cumulonimbus qui a une forme d’arc et qui est habituellement de couleur beaucoup plus sombre.

Sa forme originale donne lieu à des évocations amusantes. On peut imaginer qu’il s’agit d’une grosse patte de chat ou d’un train de coton. Et vous que voyez-vous ?

___

Pour le voir :

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/en-images-un-phenomene-meteorologique-rare-apercu-dans-le-ciel-de-rouen-ce-matin_44867421.html

photographie

Tanaka Tatsuya et l’art de la miniature au XXIème siècle

Tanaka Tatsuya est eun artiste japonais qui est eun graund counnaisseus de l’art de la miniature.

Touos les jouors, chu photographe publlie eune petite scène d’aveu des seits de la vie couoraunte. Les câocheures à taloun devyinnent des mountannes russes, les morciâos de pan des palettes de couoleurs et les gâofres des échiquyis.

Des petits persounages humains ou félins baillent de la vie à ches biâos paysages. Tanaka Tatsuya en a pus de 10 000 dauns ses tirettes…

Sa counstaunche est itou éberlusaunte : i publlie eune nouovelle photo touos les jouors de depis 2011. Chaque créatioun li demaunde déeus heures de temps pouor féchounaer quiques secoundes d’ébllouement.

Tanaka Tatsuya est un artiste japonais spécialisé dans l’art de la miniature.

Tous les jours, ce photographe publie une petite scène avec des objets de la vie quotidienne. Les chaussures à talon deviennent des montagnes russes, les morceaux de pain des palettes de peinture et les gaufres des échiquiers.

Des petites figurines de chats et d’humains animent ces jolis paysages. Tanaka Tatsuya en a plus de 10 000 dans ses tiroirs…

Sa régularité est aussi étonnante : il publie une nouvelle photo tous les jours depuis 2011. Chaque création lui prend deux heures de temps pour susciter quelques secondes d’émerveillement.

_________

Son compte instagram : https://www.instagram.com/tanaka_tatsuya/

Cuisine

Mozzarella contre Camembert : le match du siècle

Les jouorniâos ount publliaé chutte trisse affaire oû mitaun du meis d’octobe : pou la premyire feis en Fraunce, no mouoge pus de mozzarella que de camembert.

Faisouns eun couort portrait des déeus anemis. Le camembert est eun formage normaund qui vyint du hammé de Camembert dauns l’Orne. Il est féchounaé d’aveu du formage oû lait creu de vaque.

La mozzarella est eun formage qui vyint de Caumpanie, dauns le su de l’Italie. Il est féchounaé traditionnellement d’aveu du lait de buffllonne mais no-z-en troue itou d’aveu du lait de vaque. Ch’est le formage le pus mouogi en Italie, qu’no troue dauns les pâtes, pizzas, salades…

Pusurs seits esplliquent la fin du camembert-roué : les gens mouogent byin mens de formages avaunt les desserts et naguent la mouogeale qui est grasse. Coume la mozzarella est pus eun ingrédient qu’eun formage de pllaté, ol est byin pus mouogie que le camembert…

Pouor nous, cha chaunge ryin qu’i ne seit puus le numéro 1 des vendeues, le camembert sera tréjous le numéro 1 dauns nous quoeus.

Les journaux ont publié cette triste nouvelle à la mi-octobre : pour la première fois en France, on consomme plus de mozzarella que de camembert.

Faisons un rapide portrait des deux concurrents. Le camembert est un fromage normand originaire du village de Camembert dans l’Orne. Il est fabriqué avec du fromage au lait cru de vache.

La mozzarella est un fromage originaire de Campanie, dans le sud de l’Italie. Il est fabriqué traditionnellement avec du lait de bufflonne mais on en trouve également à base de lait de vache. C’est le fromage le plus consommé d’Italie, qu’on utilise dans les recettes de pâtes, pizzas, salades…

Plusieurs raisons à la fin du camembert-roi : les gens consomment moins de fromages à la fin des repas et évitent les produits considérés comme gras. La mozzarella étant un ingrédient plus qu’un fromage de plateau, elle profite ainsi de la baisse de consommation du camembert…

Pour nous, peu importe qu’il ne soit plus numéro 1 des ventes, le camembert restera toujours numéro 1 dans nos cœurs.

_____

https://fr.euronews.com/2021/10/29/camembert-le-desamour-des-francais

histoires vraies

Boji, le chien du métro d’Istanbul

Boji est eun quyin des reues d’Istanbul.

De depis quiques meis, chu quyin viage dauns les traunsports publlics de la ville : no peut aisément le vei dauns le métro, dauns le bus ou même sus les batiâos, travêquaunt le détreit du Bosphore.

D’aveu eune puche électronique, byin pus jatille pou li qu’eune puche biologique, no-z-a peu coumprenre coument qu’i faisait. Ch’est drôlu, mais i semblle qu’i sait yoù qu’i va. Boji a tréjous quique seit à faire. Mais, quiquefeis, sen objectif est reide louen de li : i peut faire pus de 30 km en eune jouornaée et passaer par pus de 29 statiouns de métro.

Âote seit qu’est byin intéressaunt, Boji sait prenre le métro en suuvaunt les règlles. Il espère que les gens deschendent devaunt de mountaer et i reste byin derryire les lènes jâones, coume le fount les humans.

Il a itou des préférenches : les lènes historiques du métro d’Istanbul sount les syines qu’il aime le pus. Boji aime biâocoup Istanbul. Et les internâotes aiment biâocoup Boji : il a ainchin pus de 90 000 followers sus sen coumpte Twitter.

Boji est un chien errant d’Istanbul.

Depuis plusieurs mois, ce chien emprunte les transports publics de la ville : on peut facilement le croiser dans le métro, dans le bus ou même sur les ferries, traversant le détroit du Bosphore.

Grâce à une puce électronique, beaucoup plus sympathique pour lui qu’une puce biologique, on a pu observer son comportement. Il apparaît qu’il semble savoir où il va. Boji a toujours un objectif. Cependant, ce but est parfois très éloigné de lui : il peut parcourir plus de 30 km par jour et passer par plus de 29 stations de métro.

Deuxième point intéressant, Boji sait prendre le métro en respectant les règles. Il attend que les passagers descendent avant de monter et il reste derrière les lignes jaunes, comme demandé aux passagers humains.

Il a aussi des préférences : les lignes historiques du métro stambouliote sont celles qu’il utilise le plus. Boji aime passionnément Istanbul. Et les internautes aiment passionnément Boji : il a ainsi plus de 90 000 followers sur son compte officiel Twitter.

__________

https://www.huffingtonpost.fr/entry/a-istanbul-ce-chien-errant-est-la-star-des-transports-en-commun_fr_615dbbb8e4b015457dcb0a5d

architecture

Le gros-horloge

Le gros-hâologe est le monument le pus arnoumaé de la ville de Rouen. Ch’est eune hâologe astronomique du XIVyime syiclle qui susplloumbe eune reue du chente-ville.

Ch’est eune hâologe qui n’est pas coume les syines que je counaissouns. Ol a seument eune aguule, d’aveu angné oû bouot, qui moutre les heures. O baille itou les différentes phases de la leune et le jou de la semanne d’aveu eune représentatioun des différents dus romans qui y sount rattaquis (la leune et Diane pou le leundi, Mars pou le mardi…).

Y a âote seit qui est drôlu  sus l’arche estchulptaé du gros-hâologe : no peut y trouaer pusuurs petits aunges et l’eun d’yeus a la tête à dépyid. Chu déhait est l’espressioun de l’engagne des estchulpteus qui n’étaient paé payis assaez…

Le gros-horloge est le monument le plus célèbre de la ville de Rouen. Il s’agit d’une horloge astronomique du XIVème siècle qui surplombe une rue du centre-ville.

C’est une horloge qui ne ressemble pas à celles que nous connaissons. Elle n’a qu’une seule aiguille, avec un agneau au bout, qui indique les heures. Elle donne aussi les différentes phases de la lune et affiche le jour de la semaine par une représentation des différents dieux romains correspondants (la lune et Diane pour le lundi, Mars pour le mardi etc…)

Autre curiosité, sur l’arche sculpté du gros-horloge, on peut trouver plusieurs petits anges, dont l’un à la tête à l’envers. Cette anomalie est l’expression du mécontentement des sculpteurs qui n’étaient pas assez payés…

_____

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gros-Horloge

illustration, Non classé

Claudine Loquen, artiste normande

Claudine Loquen est eune peintre normaunde, de Seine-Marityime et naée en 1965.

Ses teiles countent des histouères, sustouot les syinnes és fèmes qu’no-z-a oumbliyies, dauns eun eunivers fouornin, pouétique et coloraé.

Ol a apprins l’art oû Havre et à Rouen, ol est inspiraée pa les ouvrages à Modigliani, Frida Kahlo et Raoul Dufy. Dauns ses teiles, les livres ount eune pllèche counséquente et no peut y vei Mme Bovary ou Charlotte Brontë.

Les motifs des hardes sount d’eune graunde part dauns la biâotaé des teiles à Claudine Loquen, qui vyint d’eune famile de télyis et de brodeus.

No le veit particulyirement dauns la teile que j’avouns mins ichin et qui se noumme « Elsa Triolet et les leus ». No-z-y artroue l’écrivanne et résistaunte fraunçaise naée en Russie, qui semblle daunchi dauns eun mounde dous et blleutaé, pllen de flleurs et d’ouésiâos, yoù que se démuchent quiques leus qui grignent.

Par Claudine Loquen — « Elsa Triolet et les loups », CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=104389305

Claudine Loquen est une peintre normande, originaire de Seine-Maritime et née en 1965.

Ses peintures racontent des histoires, en particulier celles de femmes oubliées, dans un univers foisonnant, poétique et coloré.

Formée au Havre et à Rouen, elle est inspirée par les œuvres de Modigliani, Frida Kahlo et Raoul Dufy. Dans ses toiles, la littérature a une place privilégiée et l’on peut rencontrer Mme Bovary ou Charlotte Brontë.

Les motifs textiles participent à la richesse graphique des tableaux de Claudine Loquen, qui est issue d’une famille de tisserands et de brodeurs.

On le remarque particulièrement dans la toile présentée ici et qui s’intitule « Elsa Triolet et les loups ». On y retrouve l’écrivaine et résistante française d’origine russe, semblant danser dans un monde doux et bleuté, peuplé de fleurs et d’oiseaux, dans lequel se détachent quelques loups menaçants.

__________

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claudine_Loquen

https://musee-art- spontane.be/claudine-loquen/