histoires vraies

Carte des animâos dé Normaundie

La Normaundie est la countraée dé Fraunce qui a féchounaé le pus de races d’animâos doumestiques.

J’avouns ainchin :

_ l’ouée normaunde ès uurs blleus

_ les bouores dé Rouen

_ la poule de Crèvequoeu

_ le quétoun du Cotentin

_ le grévin (du Mount-Sant-Michi)

anim-domestiques

La Normandie est la région de France qui a créé le plus grand nombre de races d’animaux domestiques.

Nous avons ainsi :

_ l’oie normande dite « aux yeux bleus »

_ le canard de Rouen

_ la poule de Crèvecoeur

_ l’âne du Cotentin

_ le mouton de la baie du Mont-Saint-Michel

Publicités
expressions

Les p’tits cats

La bannyire normaunde est rouoge d’aveu déeus animâos jâones qui ravyinent à des liouns mais qui sount en vrai des léopards (dauns le temps, no savait paé byin tiraer les bêtes en peinture).

Des liouns qui seraient des léopards ? Et si ch’était enco puus teurqui que cha ?

En Normaundie, je viyouns byin cllai et je noumouns noute drapé « les p’tits cats ». Eh veire, je vous avouns arcouneus les catouns qui se criyaient des liouns !

drapeau-cats2

Le drapeau normand est rouge, avec deux animaux jaunes qui ressemblent à des lions mais qui sont en fait des léopards (on ne savait pas très bien représenter les bêtes à l’époque).

Des lions qui seraient des léopards ? Et si c’était plus compliqué que ça ?

En Normandie, nous avons le regard affûté et nous appelons notre drapeau « les ptits cats » (les petits chats). Eh oui, on vous a démasqués les chatons qui se prenaient pour des lions !

 

expressions

Si t’es failli…

En normaund, si t’es failli, alouvi, tu peux dire « eune ouée me volerait dauns la fale ». Si t’as sei, tu peux dire « je bérais la mé et les peissouns ».

oie ds l'estomact copie

En normand, si tu as très faim, tu peux dire « eune ouée me volerait dauns la fale », c’est-à-dire « une oie me volerait dans l’estomac ». Si tu as soif, tu peux dire, « je bérais la mé et les peissouns », ce qui veut dire « je boirais la mer et les poissons ».

légendes

Le codrille

Le codrille ch’est eun oeu sauns jâone.  Si t’en troues eun, seis de précâotioun !

I faôt yête reide preu d’aveu eun codrille, questioun qué s’il écllot, malheu ! I sort eun serpent mal faisaunt… Et set auns ampraés, des ales poussent et le serpent devyint eun dragoun !

Codrille

Le codrille, c’est un œuf sans jaune. Si tu en trouves un, fais bien attention !

Il faut être très prudent avec un codrille, car s’il éclot, misère ! Il en sort un serpent maléfique… Et sept plus tard, des ailes poussent et le serpent devient un dragon !

histoires vraies

Le tue-vaques

Dé 1911 à 1950, y avait eun tran ente Tchidbouorg et Barflleu qui parcourait pêli-pêlaunt à 21 km/h les 31 km ente les déeus bouorgs.

Même qu’i rouolait à sen petit leisi, chu tran était reide nâtre d’aveu les vaques frétyires qui se baladaient sus les rales.

Ch’est pou chenna que les gens le bénoumîtent le « tue-vaques ». Chu noum restit dauns les mémouères. Enco annyi no troue des reues dé tue-vaques ou itou eune âoberge dé tue-vaques à Fermaunville.

Pou luure l’histouère dé tue-vaques : https://www.wikimanche.fr/Ligne_ferroviaire_Cherbourg-Barfleur

tu vach

De 1911 à 1950, il y avait un train entre Cherbourg et Barfleur qui parcourait tranquillement, à 21 km/h, les 31 kms entre les deux villes.

Même s’il roulait lentement, ce train était sans pitié avec les vaches en divagation qui se baladaient sur les rails.

C’est pourquoi les gens le surnommèrent le « tue-vaques », c’est-à-dire le « tue-vaches » en français. Ce nom resta dans les mémoires. On trouve ainsi aujourd’hui encore des rues du tue-vaques ou encore une auberge du tue-vaques à Fermanville.

Pour lire l’histoire du tue-vaques : https://www.wikimanche.fr/Ligne_ferroviaire_Cherbourg-Barfleur