Faune et flore

Questions à un porc-épic

Qui que vos demaunderiaez à eun porc-épic ou à eun perroquet ?

La Youtubeuse Maya a biâocoup de questiouns sus la vie sâovage. D’aveu eun micro petiotinet, ol est allaée dauns eune réserve de Californie pouor questiounnaer différents animâos et enfin savei touote la véritaé.

En prémyi, o fait riochinaer eun kookaburra en li countaunt eune belle josterie sus des melouns. Pis, o demaunde à eun porc-épic quil est sa mouogeâle préféraée. Ol obtyint pllen de pépiounements drôlus.

Byins des animâos veulent sustouot mouogi sen micro ou dévouolent de répounre…

A l’esseue de sa vidéo, o se démente de questiounnaer les bêtes de sa positioun pédagogique. O se permet alors des questiouns pus âosaées. Ainchin, o demaunde à sen vêtu qui qu’i pense du graund mâovais leu et à sa biquette qui que cha lyi fait d’yête petite d’excès pouor allaer sus des mountannes russes.

Âoqueun ne semblle yête fllé…

Quelles questions poseriez-vous à un porc-épic ou à un perroquet ?

La youtubeuse Maya a beaucoup d’interrogations sur la vie sauvage. Avec un tout petit micro, elle est allée dans une réserve de Californie pour interviewer différents animaux et enfin savoir toute la vérité.

Elle fait d’abord rire un kookaburra en lui racontant une bonne blague sur des melons. Puis, elle demande à un porc-épic quelle est sa nourriture préférée. Elle obtient une suite de couinements mignons.

Beaucoup d’animaux souhaitent surtout manger son micro ou refusent l’interview…

A la fin de sa vidéo, elle décide d’interroger les animaux de sa propre ferme pédagogique. Elle s’autorise alors des questions beaucoup plus osées. Ainsi, elle demande à son cochon ce qu’il pense du grand méchant loup et à sa chèvre ce que ça lui fait d’être trop petite pour aller sur des montagnes russes.

Aucun ne semble se vexer…

Littérature

Mais qui était Henry Gréville ?

Les villais de Tchidbouorg counaissent byin le noum d’Henry Gréville, persounage qui a bailli sen noum à eune pllèche du chente-ville.

Cha qu’no sait paé, ch’est qu’Henry Gréville tait eune fème. Souos chu bénoum se muche Alice Flleury, file de l’âoteu haguard Jean Flleury.

O naquit à Paris yoù que sen père tait professeur. O le suut à St Pétersbouorg yoù qu’i deit allaer travailli. Ol étudie en Russie les loceis et les scienches.

Quaund ol arvyint en Fraunce, o chouésit coume noum de plleume « Gréville » qui est le noum du hammé à ses gens. Coume il est malaisyi à l’épocte d’yête publliaée quaund no-z-est eune fème, o chouésit eun prénoum masculin. O sine souos le noum d’Henry Gréville byin des romauns sus la sociétaé russe et des articlles de jouorniâos.

O counait byin vite le succès et va itou écrire du théâtre et de la pouésie. O mourit à 59 auns, ampraès eune vie reide rempllie.

Byin de ses livres se trouent sus Gallica, si vos vouolaez en luure eun 😊

Les habitants de Cherbourg sont familiers du nom d’Henry Gréville, personnage qui a donné son nom à une place du centre-ville.

Ce qui est moins connu, c’est qu’Henry Gréville était en fait une femme. Sous ce pseudonyme se cache Alice Fleury, fille de l’écrivain haguais Jean Fleury.

Elle naît à Paris où son père était professeur. Elle le suit ensuite à St Pétersbourg, où il est muté. Elle étudie en Russie les langues et les sciences.

Quand elle revient en France, elle choisit comme nom de plume « Gréville » qui est le nom du village de ses parents. Comme il est difficile à l’époque d’être publiée quand on est une femme, elle se choisit un prénom masculin. Elle signe ainsi sous le nom d’Henry Gréville différents romans sur la société russe ainsi que des articles de journaux.

Elle connaît très vite le succès et s’essaye également au théâtre et à la poésie. Elle meurt à 59 ans, après une vie bien remplie.

La plupart de ses livres se trouvent sur Gallica, si vous voulez jeter un coup d’œil 😊

________

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Gr%C3%A9ville

Non classé

Ievan polkka, une histoire mondiale de poireau et de chat

La polka est eune daunche rapide sus déeus temps, qui vyint de Tchéquie. Oû XIXyime syiclle, o devyint populaire dauns touote l’Urope.

Même en Finlande, yoù qu’Eino Kettunen coumpose en 1920 la caunchoun « Ievan polkka » (la polka à Eva) en loceis savo (Est de la Filaunde). La caunchoun counte l’histouère de la janne Eva qui a tréfi à sa mère pouor allaer daunchi la polka et trouaer le graund amoué.

En 1995, le grouope folklorique Loituma arprend a capella chutte caunchoun. Et ch’est lo que touot quemenche.

 La polka est une danse rapide sur deux temps, originaire de Tchéquie. Au XIXème siècle, elle devient populaire dans toute l’Europe.

Même en Finlande, où Eino Kettunen compose en 1920 la chanson « Ievan polkka » (la polka d’Eva) en langue savo (Est de la Finlande). La chanson raconte comment la jeune Eva a désobéi à sa mère pour aller danser la polka et rencontrer l’amour de sa vie.

En 1995, le groupe folklorique Loituma fait une reprise a capella de cette chanson. Et c’est là que tout commence.

Ievan polkka devyint reide couneu dauns le mounde entyi en 2006 d’aveu eune animatioun flash noumaée « leek spin » (le toupinement du pouré). Ch’est eune janne file qui fait toupinaer eun pouré en launluraunt… Pis, la caunchoun devyint eune sounerie pouor téléphone et est arprinse par Miku Hatsune, eune chauntouse virtuelle japonaise.

Ievan polkka devient célèbre dans le monde entier en 2006 avec une animation flash connue sous le nom de « leek spin » (rotation du poireau). On y voit une jeune fille qui fait tournoyer un poireau en chantant…  Ensuite, la chanson devient une sonnerie pour portable puis est reprise par Miku Hatsune, une chanteuse virtuelle japonaise.

En 2020, la petite polka immortelle counait eune chinquauntyime vie dauns la voué d’eun chauntous de reue turc, Bilal Göregen. Le petit mounde d’Internet aime biâocoup la vidéo de sa caunchoun. Ch’est que Göregen a-z-eu la bouone idaée de linraer de la pllèche sus baunc praès de li. Ch’t espache a taé vite remplli par « vibing cat » (le cat vibrillounaunt), eun cat canadyin couneu pouor sen graund amoué du rythme.

En 2020, la petite polka immortelle connaît une cinquantième vie en étant interprétée par un chanteur de rue turc, Bilal Göregen. La vidéo de son interprétation est très appréciée par le petit monde d’Internet. Il faut dire que Göregen a eu la bonne idée de laisser une place libre sur le banc à côté de lui. Cet espace s’est vite trouvé occupé par « vibing cat » (le chat vibrant), un chat canadien devenu célèbre pour son sens incroyable du rythme.

Dauns le loung viage de chutte petite caunchoun folklorique, eun countinent faillait. Le remix oû DJ su-afriquan the Kiffness lyi a permins d’abiénaer sen touor du mounde. La polka à Eva éra toupinaé mens vite qu’eun pouré, mais cha reste eun destin incriyablle pouor eun petit air populaire finlandais.

Dans le long voyage de cette petite chanson folklorique, il manquait un continent. Le remix du DJ sud-africain the Kiffness lui a permis d’achever son tour du monde. La polka d’Eva aura tourné moins vite qu’un poireau, mais cela reste un destin incroyable pour un petit air populaire finlandais.

légendes

La sagesse des boucs-fantômes

Le manei de Gonneville feut counstrit oû XVyime syiclle. Il est sus la commeune de St Jacques de Néhou, dauns la Maunche.

Des diries arcountent qu’eune des caumbres de chutte ferme-manei serait hauntaée. A l’esseue du XVIIIyime syiclle, Paul Le Poittevin, le fis oû mounyi se démentit à crouési la nyit dauns chutte caumbre tristement arnoumaée.

Oû mitaun de la nyit, eun graund bichot nei appareut dans la caumbre à Paul. No pouorrait trouaer cha byin effouquaunt mais héreusement ch’était eun bichot qui prêchait et qui tait reide jati et byin fin. Il a esplliqué à Paul que si ses gens gardaient le manei, il éraient biâocoup de caunche.

Ampraès avaer prêchi d’aveu le bichot-haunt, Paul eut byin des reussites dauns ses affaés et devint reide ergentu. Il acatit en prémyi eune teinturerie à Rouen, pis déeus filatures et à la parfin le manei et le mouolin de Gonneville.

I devint itou le parran à Flaubert et le graund à Maupassant.

Ch’est pouor cha que quaund vos veiraez eun bichot qui prêche dauns voute caumbre, i fâora l’écoutaer putôt que vous dépataraer.

Le manoir de Gonneville a été construit au XVème siècle. Il se situe sur la commune de St Jacques de Néhou, dans la Manche.

La légende raconte qu’une des chambres de cette ferme-manoir serait hantée. A la fin du XVIIIème siècle, Paul Le Poittevin, le fils du meunier décida de passer une nuit dans la fameuse chambre.

Au milieu de la nuit, un bouc noir apparut dans la chambre de Paul. On pourrait trouver cela effrayant, mais en fait, c’était un bouc qui parlait et qui était très sympathique et de bon conseil. Il a expliqué à Paul que si les gens de sa famille gardaient le manoir, ils auraient beaucoup de chance.

Après sa conversation avec le bouc-fantôme, Paul eut beaucoup de succès dans ses affaires et devint riche. Il acheta d’abord une teinturerie à Rouen, puis deux filatures et enfin le manoir et le moulin de Gonneville.

Côté famille, il devint le parrain de Flaubert et le grand-père de Maupassant.

Voilà pourquoi, la prochaine fois que vous verrez un bouc qui parle dans votre chambre, il vaudra mieux l’écouter plutôt que de partir à toute jambe.

__

Source : https://www.encotentin.fr/histoire/legendes/manoir-gonneville

Musique

Num num cat, le chat prodige

Eune feis, Léo, eun cat de Turquie, a beu eun miotinet de lait dauns eune quilli. Et cha a chaungi sa vie.

Ch’est, qu’héreus de se vêchi, il a beu en faisaunt des petits souns rythmaés, coume eun « miam miam » dauns le loceis des cats, cha qui peut se dire « num num » en aungllais. La video de sa petite collatioun, publliaée sus Instagram, a fait de li driguémnin le « num num cat » des rêts sociâos.

La finesse mélodique de sa prestatioun a apipaé des meusiqueus et chauntous du mounde entyi qui lus ount associaés à sa belle meusique. Sus le rêt social TikTok s’a féchounaé eune channe meusicale qui a aboutaé à chutte vidéo. Ch’est biâo, ch’est enquérâodaunt et ch’est eun joli houmage à l’obiche de Léo et de touos les cats du mounde.

Le drényi chaunteus propose de beire du chardonnay mais je ne sis paé seure que pouor eun cat, cha seit eun milleu instrument de meusique que le lait.

Num num.

Un jour, Léo, un chat de Turquie, a bu un peu de lait dans une cuillère. Et cela a changé sa vie.

En effet, heureux de se rassasier, il a bu en émettant une suite de petits sons rythmés semblables à un « miam miam » en langue chat, ce qui peut se traduire par « num num » en anglais. La vidéo de son repas, posté sur Instagram, a immédiatement fait de lui le « num num cat » des réseaux sociaux.

La qualité mélodique de sa prestation a séduit des musiciens et chanteurs du monde entier qui ont décidé de s’associer à son œuvre. Sur le réseau social TikTok s’est mis en place une chaîne musicale qui a abouti à la vidéo ci-dessus. C’est beau, c’est magique et c’est un bel hommage au talent de Léo et de tous les chats du monde.

Le dernier chanteur propose de boire du chardonnay mais je ne suis pas sûre que pour un chat, ce soit un meilleur instrument de musique que le lait.

Num num.

Faune et flore

Le marais de Chicheboville

Mouolt-Chicheboville est eune commeune oû noum drôlu du Calvados, praès de Caen.

Sus le trige de Chicheboville (qui veut dire le « démaine à Sisbold », prénoum qu’no ne baille pus biâocoup), no troue eun marais d’aveu eune graunde biodiversitaé et sustouot d’aveu byin des petites bêtes és noums reide drôlus itou, coume la demouéselle « agrioun de mercure » et le papilloun « écale chinaée ».

Mais l’éteile de chu marais, ch’est eune irangnie. La pouore petiote n’a paé le dreit à eun noum drôlu en fraunçais, questioun qu’ol est reide rare. Le marais de Chicheboville est l’eunique endreit de touote la Normaundie yoù qu’no peut la trouaer.

Ol a seument eun noum latin savaunt : dolomedes plantarius et ch’est byin laid, même pouor eune irangnie. Alors, pouor qu’ol it touote sa pllèche dauns l’eunivers chichebovillais, je lyi arquemaundouns ches noums drôlus : papattarius ou enco chichebolomède.

Moult-Chicheboville est une commune au nom marrant du Calvados, près de Caen.

Sur le site de Chicheboville (qui signifie « le domaine de Sisbold », prénom qui a perdu en popularité dans la région), on trouve un marais riche en biodiversité et surtout en insectes aux noms également très marrants, comme la libellule « l’agrion de mercure » et le papillon « l’écaille chinée ».

Mais la star du marais, c’est une araignée. La pauvre n’a pas le droit à un nom marrant en français, car elle est très rare. Le marais de Chicheboville est même le seul endroit où on la trouve en Normandie.

On ne la désigne que sous son nom latin savant : dolomedes plantarius, ce qui est bien moche, même pour une araignée. Alors pour bien l’intégrer dans l’univers chichebovillais, nous proposons les noms marrants suivants : papattarius ou encore chichebolomède.

_______

Sources :

https://actu.fr/normandie/moult-chicheboville_14456/unique-en-normandie-cette-araignee-a-trouve-refuge-pres-de-caen_45652957.html

Peinture

Le portrait de Dr Elisabeth Winterhalter

Ottilie Roederstein (1859-1937) est eune peintre suisse couneue sustouot pouor ses portraits.

En 1887, o peint le syin à Dr Elisabeth Winterhalter qui tait l’eune des quiques fèmes médechins de sen épocte et qui feut la premyire sirugyine d’Alemanne. Winterhalter devyinra la coumpane à Roederstein et o vivrount ensemblle en 1907 dauns eun petit bouorg de la Hesse.

Dauns chu portrait, Roederstein arprésente Winterhalter d’aveu les codes des portraits de savaunts de l’Arnaissaunce. Ol est à sa tablle, à merqui quique seit en guettaunt les spectateurs. Ses counaissaunches en médechène sount arprésentaées par eune biblliothèque rempllie et eun caquevet sus eun ais.

Chu portrait appie ainchin les revendicatiouns féministes d’eune égalitaé houme/fème dauns le caump de la scienche et de la counaissaunche.

Ottilie Roederstein (1859-1937) est une peintre suisse connue notamment pour ses portraits.

En 1887, elle peint celui de Dr Elisabeth Winterhalter qui était l’une des rares femmes médecins de son époque et qui fut la première chirurgienne d’Allemagne. Winterhalter deviendra la compagne de Roederstein et elles s’installeront ensemble en 1907 dans une petite ville de la Hesse.

Dans ce portrait, Roederstein représente Winterhalter selon les codes des portraits de savants de la Renaissance. Elle est à son bureau, en train d’écrire, tout en regardant le spectateur. Ses connaissances en médecine sont évoquées par une bibliothèque fournie et un crâne posé sur une étagère.

Ce portrait porte ainsi les revendications féministes d’une égalité homme/femme dans le champ de la science et plus largement de la connaissance.

______

Sources :

https://getdailyart.com/23922/ottilie-w.-roederstein/portrait-of-dr.-elisabeth-winterhalter

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ottilie_Roederstein

https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisabeth_Winterhalter

Faune et flore

un oiseau, deux oiseaux, trois outardes

Enfin ! Ch’est l’arnouvaé ! Le solé lit, les flleurs évouissent et les ouésiâos chauntent !

Et cha ch’est byin, questioun qu’en Normaundie, no-z-aime guetti les ouésiâos. A la drényire graunde caumpane natiounale de coumptage des ouésiâos de gardin de 2021, les treis départements fraunçais qui ount taé le pus de la partie sount le Calvados, la Maunche et la Seine-marityime. Ch’est vraiment eune passioun dauns la régioun.

Ch’est d’aveu chu coumptage que no sait que les treis lagues d’ouésiâos qu’no veit le pus dauns les gardins normaunds sount le bochu, le jâone-bé et le mouessoun.

Ch’est les syins qu’no veit le pus, mais quique feis, no peut avei des belles seurprinses. Ainchin, en octobe drényi, dauns la Hague (Maunche), eun père et sa file ount crouési le quemin d’eune graunde outarde ! Ch’t ouésé couorchibot, d’aveu de loungues pattes est l’ouésé le pus louord qui peuve volaer. I vit en Espane mais i s’a évannin en Fraunce padaunt le XIXyième syiclle. Ch’est possiblle que ch’tte ouotarde vyinne d’eune caumpanne de réintroductioun en Graunde-Bertanne. Qui qu’il en seit, que chutte petite graunde ouotarde seit la byinvenue sus les terres normaundes, no vouorait en coumptaer byin d’âotes 😊

Enfin ! C’est le printemps ! Le soleil brille, les fleurs s’épanouissent et les oiseaux chantent !

Or, en Normandie, on aime regarder les oiseaux. A la dernière grande campagne nationale de comptage des oiseaux de jardin de 2021, les trois départements français qui ont le plus participé sont le Calvados, la Manche et la Seine-Maritime. C’est vraiment une passion dans la région.

C’est grâce à ce comptage que l’on sait que les trois espèces d’oiseaux les plus fréquemment visibles dans les jardins normands sont le rouge-gorge, le merle et le moineau.

Ce sont les plus fréquents, mais parfois, on peut avoir de belles surprises. Ainsi, en octobre dernier, dans la Hague (Manche), un père et sa fille ont croisé le chemin d’une grande outarde ! Cet oiseau trapu, aux longues pattes est l’oiseau le plus lourd capable de voler. Présent en Espagne, il a complètement disparu en France au cours du XIXème siècle. Il est possible que le spécimen croisé soit issu d’une campagne de réintroduction de l’outarde en Grande-Bretagne. En tous les cas, que cette petite grande outarde soit la bienvenue sur les terres normandes, on voudrait en compter plus 😊

______________

http://www.gonm.org/index.php?post/485

https://www.paris-normandie.fr/id244890/article/2021-10-27/insolite-dans-la-manche-un-pere-et-sa-fille-tombent-sur-un-oiseau-qui-nexiste

illustration, Non classé

les bulles de Petit Pied

Petit Pyid est eun dessineus de baunde-dessinaée qui publlie coupassous sus Internet.

D’aveu quiques cases et d’aveu eun trait simplle et défecti, i féchoune des petites histouères pllennes de gouaille.

Véchi quiques exemplles :

Hé Scooby, tu creis, tei, que les mounstres et les haunts, cha existe ?/Nennin, ch’est tréjous des humains d’aveu des accoutrements./Ch’est vrai, qu’est-che qui peut enco creire oû surnaturé ?/ Héreusement que j’i men quyin qui prêche pouor me rasseuraer.

Sais-tu que tréfui tes probllèmes, cha sera jammais eun vrai métyi / Que tu creis !

« T’es bé le cyil »

______

Petit Pied est un dessinateur de bande-dessinée qui publie régulièrement sur Internet.

En quelques cases et avec un trait simple et efficace, il produit des petites histoires pleines d’humour.

Quelques exemples ci-dessus.

_____

Son compte Insta : https://www.instagram.com/petitpieddessin/

histoires vraies

Objets trouvés

Le 13 de stembre drényi, je vous prêchiouns de la reubrique des objets (et animâos) trouaés à Caen en 1912 : https://soeurstrottebec.wordpress.com/2021/09/13/perdu-trouve-vintage/

L’inventaire quasiment pouétique fait pa le jouorna « le bouonhoume normaund » démuchait eun mounde qui annyi, s’a évanin. Oû syiclle drényi, no pouovait plleuraer la perte d’eun livret de casse d’épaigne, d’eun capelet ou d’eun pinche-nache.

Pus de 100 auns pus tard, sen suusaunt, le jouorna « Libertaé – le Bouonhoume Libre » a fait eun articlle sus les objets adiraés dauns les bus et les tramways caennais. No peut luure ainchin que pus de 80 objets par semanne sount artrouaés dauns les traunsports.

Et ches objets trouaés disent itou quique seit de noute épocte : cramme pou les queveurs, téléphones portablles, affutiâos pouor pêqui d’aveu des achaées vis ou skateboard électrique. Quique seit de counséquent à savei, ch’est que ch’est possiblle d’avaer de petits miraclles de guérisoun dauns les traunsports : des béquiles sount artrouaées coupassous, coume si leus propriétaires n’en avaient puus besouen quaund i se déheuquent.

Le 13 septembre dernier, nous vous parlions de la rubrique des objets (et animaux) trouvés à Caen en 1912 : https://soeurstrottebec.wordpress.com/2021/09/13/perdu-trouve-vintage/

L’inventaire quasi poétique fait par le journal « le bonhomme normand » révélait un monde aujourd’hui révolu. Au siècle dernier, on pouvait déplorer la perte d’un livret de caisse d’épargne, d’un chapelet ou d’un pince-nez.

Plus de 100 ans plus tard, son successeur, le journal « liberté-le bonhomme libre » s’intéresse aux objets perdus dans les bus et les tramways caennais. On apprend ainsi que plus de 80 objets par semaine sont retrouvés dans les transports.

Et ces objets trouvés sont aussi de drôles de révélateurs de notre époque : crème capillaire, téléphones portables, matériel de pêche avec asticots vivants ou skateboard électrique. A noter aussi, la possibilité de petits miracles de guérison dans les transports : des paires de béquilles sont régulièrement retrouvées, comme si leurs propriétaires n’en avaient plus besoin à la sortie.

_____

https://actu.fr/normandie/caen_14118/quels-sont-les-objets-insolites-retrouves-dans-le-bus-et-le-tramway-a-caen_48459896.html